Métiers
&
carrières

Les recrutements d’enseignants-chercheurs en hausse en 2020, malgré une tendance à la baisse

Par Pauline Tressols | le | Concours/recrutement

+4 % de postes autorisés, +6 % de postes publiés, +6 % de recrutements effectués : en 2020, les postes de maîtres de conférences et de professeurs des universités à pourvoir ont légèrement augmenté. Une faible hausse qui ne rattrape néanmoins pas la baisse observée depuis une dizaine d’années.

977 maîtres de conférences et 467 professeurs des universités ont été recrutés en 2020. - ©  Pixabay
977 maîtres de conférences et 467 professeurs des universités ont été recrutés en 2020. - ©  Pixabay

« Le nombre maximum d’emplois d’enseignants-chercheurs à pourvoir jusqu’au 31 décembre 2020 a été fixé par le ministère à 1 971 : 1 237 emplois de maîtres de conférences et 734 emplois de professeurs des universités », indique la note n° 7 de la Direction générale des ressources humaines (DGRH) de l’enseignement supérieur de septembre 2021. 

Une campagne de recrutement en hausse en 2020…

Après une baisse constante depuis 2012, le nombre de postes ouverts à candidature croît de 4 % par rapport à 2019, sans toutefois retrouver son niveau de 2018 (1 986 postes).

Parallèlement, le nombre de postes publiés par les établissements est passé de 1 731 à 1 835 : une augmentation de 6 % (contre -6 % l’année précédente) retrouvant ainsi un niveau équivalent à celui de 2018 (1 850 postes).

Parmi eux, 1 555 sont des candidatures ouvertes pour des postes de maîtres de conférences et 680 pour des professeurs des universités.

… une exception pour confirmer la règle 

Toutefois, cette croissance est, d’une part, légère et de l’autre, peu représentative des tendances observées ces dix dernières années. Décennie durant laquelle le nombre de postes d’enseignants-chercheurs à pourvoir n’a fait que diminuer : 1 070 postes de maîtres de conférences étaient ouverts à candidatures en 2019 contre 2 216 en 2009. Soit plus du double.

Manque de perspectives, concurrence, découragement, abandon dans la quête de titularisation : l’entrée dans la carrière universitaire des jeunes chercheurs n’est pas aisée.

Une concurrence de plus en plus rude

Pour l’ensemble des postes de maîtres de conférences publiés l’an dernier, 49 402 candidatures recevables ont été déposées par 8 508 candidats, soit 42,8 candidatures et 7,4 candidats par poste, contre 4,4 candidats par poste il y a dix ans.

Le taux de réussite (soit le nombre de recrutés par rapport au nombre de candidats) est ainsi passé de 21 % de 13 % en 2020, selon une analyse de la Conférence des praticiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPESR), site spécialisé animé par Julien Gossa. La concurrence est rude pour les maîtres de conférences aspirants.

En ce qui concerne les professeurs des universités, 4 698 candidatures ont été déposées par 2 004 candidats, soit 8,1 candidatures et 3,5 candidats par poste. Le taux de réussite est ici de 27 %.

À noter qu’un candidat peut déposer plusieurs dossiers afin de s’inscrire au titre de plusieurs sections du Conseil national des universités (CNU) et/ou au titre des deux corps d’enseignants-chercheurs.

Des recrutements effectifs en hausse en 2020…

« En 2020, 1 444 universitaires (hors mutations, détachements et article 46 3°) ont été recrutés, soit autant qu’en 2018 (1 433 universitaires avaient alors été recrutés) contre 1 367 en 2019 », précise la note n° 8 de la DGRH. Une augmentation de 6 % par rapport à l’année d’avant.

977 maîtres de conférences et 467 professeurs des universités ont ainsi été recrutés sur concours ; les autres par mutation ou détachement. Au total, 1 732 enseignants-chercheurs ont été recrutés en 2020.

Ainsi, plus de 9 postes d’enseignants-chercheurs publiés sur 10 ont été pourvus. Un chiffre stable au regard des autres années.  

Les disciplines qui ont recruté le plus d’enseignants-chercheurs sont les Lettres-sciences humaines, suivies des sciences-techniques, du droit-économie-gestion et de la pharmacie. À noter toutefois que les sciences et technologies connaissent une baisse de 60 % des postes publiés en l’espace de dix ans.

Le bilan provisoire des recrutements de 2021

Le 22 septembre 2021, la DGRH a publié le bilan provisoire de la campagne 2021 de recrutement des enseignants-chercheurs. Les données exploitées datent du 5 juillet 2021.

Le nombre d’emplois à pourvoir de nouveau en baisse…

Les tendances sont les suivantes :

  • Le nombre maximum d’emplois d’enseignants-chercheurs à pourvoir pour l’année 2021 a été fixé par le ministère à 1 935, soit 36 de moins que l’année précédente ;
  • Le 5 juillet 2021, 1 743 postes sont publiés par les établissements contre 1 817 le 15 juillet 2021, soit une baisse globale de -4 % ;
  • Le taux de pourvoiement des postes passe de de 84,5 % à 91,7 %, soit un niveau équivalent à celui de 2019.

… mais un taux de pourvoiement plus élevé en 2021

Pour les postes de maîtres de conférences, le taux de pourvoiement est de 93 % contre 87 % en 2020 et 94 % en 2019. Pour les professeurs des universités, il est de 89 %, comme en 2019, contre 81 % en 2020.

Le principal motif de non pourvoiement observé durant l’année 2020 est l’interruption de 208 procédures de recrutement, contre 79 en 2021 et 55 seulement en 2019 ; la crise sanitaire ayant contribué à perturber le bon déroulement des procédures de recrutement sur l’année 2020.

Le bilan définitif de la « Campagne de recrutement et d’affectation des maîtres de conférences et des professeurs des universités - Session 2021 » sera publié dans le courant de l’été 2022.

Transférer cet article à un(e) ami(e)