Métiers
&
carrières

5 conseils aux chercheurs qui voudraient entreprendre (Oscar Tellez Sanchez, Nomad)

Par Marine Dessaux | le | Doctorat

Oscar Tellez Sanchez, ingénieur chercheur et co-fondateur de la startup Nomad qui vise à optimiser le transport médico-social des personnes handicapées, partage ses conseils aux chercheurs qui souhaiteraient entreprendre.

© MG - © MG
© MG - © MG

1) Tenter, même si le projet paraît trop complexe

Oscar Tellez Sanchez - © D.R.
Oscar Tellez Sanchez - © D.R.

Si vous avez le temps de vous consacrer à un projet d’entrepreneuriat, essayez, même si vous ne serez jamais certain de réussir. On a jamais des idées qui paraissent idéales, souvent il faut les adapter, les faire évoluer. Mais, même si un projet paraît trop complexe, on finit par trouver les dispositifs, les bons contacts, alors il ne faut pas hésiter à se lancer.

2) Saisir les opportunités pour évaluer une idée

 Il existe beaucoup de formations et d’événements qui permettent d'évaluer un projet. C’est le moyen de savoir ce qu’en pensent les gens qui s’y connaissent, de comprendre ce qui plaît et ce qui doit être amélioré.

3) Ne pas débuter dans son coin

Si vous avez l’impression d’avoir un projet qui a du potentiel entre les mains, n’hésitez pas à contacter des structures de financement (Start-Up&Go par exemple), des personnes spécialisées sur le sujet, des collègues qui rencontrent les mêmes problématiques. Il ne faut pas hésiter à parler, à bénéficier de tout cet écosystème.

4) Trouver le suivi adéquat auprès d’une structure spécialisée

A Lyon, on a la chance d’avoir beaucoup d’opportunités pour entreprendre. Il y en a presque trop ! Ce qui me permet de continuer à approfondir mon projet sans m'éparpiller, c’est le suivi effectué par Pulsalys. Avoir un accompagnement de cette qualité, qui nous recentre, nous dit à quelles portes frapper, ça change complètement les choses.

5) Avoir un mentor ou un chef de projet

Essayer de trouver un « instructeur » avec un savoir particulier sur l’entrepreneuriat ou un chef de projet, chargé de suivre le lancement de la startup. Seul, on se décourage, mais si on a quelqu’un à ses côtés, on discerne les bonnes opportunités, on a un cadre. Cela ouvre la porte d’un milieu très dynamique, si on est pas dans la boucle, on est à côté. Sans ce soutien, je pense que je n’aurais pas continué, j’aurais fini par lâcher.

Transférer cet article à un(e) ami(e)