Métiers
&
carrières

Le parcours de Sylvie Chastant, professeure et responsable du laboratoire NeoCare - ENVT

Par Marc Guiraud | le | Personnels et statuts

Sylvie Chastant, professeure de reproduction à l'École nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT) et responsable du laboratoire Neo-Care, commente son parcours en trois grand thèmes.

Campus de l’ENVT @ ENVT - © ENVT
Campus de l’ENVT @ ENVT - © ENVT

Sylvie Chastant
Sylvie Chastant - © D.R.

1) Reproduction

« C’est l’équivalent de gynécologue-obstétricien, mais pour les animaux »

« Enseigner la reproduction » est un métier qui laisse en général les interlocuteurs perplexes : il s’agit en gros de l’équivalent de « gynécologue-obstétricien pour animaux », mais avec une valence économique en plus.

Maîtresse de conférences (1996) puis professeure (2008) de reproduction, à l’École d’Alfort, puis à l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse (2010), je suis également spécialiste européen de la discipline (European College of Animal Reproduction).

2) Soigner, enseigner et chercher

« L’obligation d’aller faire de la recherche ».

Entrée dans l’Unité de Reproduction toujours à l’École Nationale vétérinaire d’Alfort comme assistante pour faire « de la clinique », j’ai au départ vécu l’arrivée du statut d’enseignant chercheur en 1992 comme « l’obligation d’aller faire de la recherche ».

Mais un DEA, puis une thèse d’Université de Physiologie de la reproduction à l’Université Paris VI (1995) avec des travaux menés sous la direction de « vrais » chercheurs à l’INRA de Tours, puis de Jouy-en-Josas, m’ont fait changer d’avis. Quelle chance de pouvoir explorer les embryons de souris, lapine, vache et truie ! Un DU de Médecine et Biologie de la Reproduction (Hôpital Tenon, Paris, 2009) m’a aussi permis de m’intéresser à l’espèce humaine.

3) Formation à et par la recherche dans les écoles vétérinaires

Créer une équipe de recherche

Mener de la recherche dans une école vétérinaire est un atout, d’une part pour impliquer les étudiants dans la progression des connaissances, et d’autre part se concentrer sur des questions biologiques ayant des applications pour les éleveurs et les vétérinaires.

J’ai eu la possibilité de créer en 1997 une équipe de recherche au sein de l’École d’Alfort pour travailler sur un modèle très vétérinaire, les embryons canins et félins (UMR INRA/ENVT 1198 Biologie du Développement et Reproduction).

Puis après une mutation à l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse (2010), j’ai créé une autre équipe (NeoCare ENVT), qui explore la néonatalogie et la pédiatrie canine et féline.

Son CV

1986 - 1990 : ENVA (École Nationale Vétérinaire d’Alfort)

« Ma formation initiale répondait à ma vocation de toujours : être vétérinaire. Vétérinaire rural, pour soigner toutes les espèces.

Mais mes quatre années passées à l’École Nationale Vétérinaire d’Alfort ont également développé mon envie d’enseigner. »

1992 - 1995 : Université Denis Diderot (Paris VII)

Master 2 + PhD

1992 - 2010 : ENVA (École Nationale Vétérinaire d’Alfort)

1992 - sept. 2006 : Maîtresse de conférences

2006 - août 2010 : Professeure de reproduction

Sept. 2010 - Aujourd’hui : ENVT (École Nationale Vétérinaire de Toulouse)

Professeure de reproduction, responsable du laboratoire NeoCare

Transférer cet article à un(e) ami(e)