Vie des campus

Que faire si le taux de CO2 est supérieur aux valeurs recommandées dans votre salle de classe ?

Par Marine Dessaux | le | Expérience étudiante

Le Haut conseil de la santé publique recommande de ne pas dépasser le seuil de 800 ppm de concentration de CO2 dans l’air afin de se protéger contre la Covid. Cela vaut notamment pour les salles de classe. Alors, lorsque ce chiffre est atteint, quelles sont les actions à entreprendre ?

Ouvrir les fenêtres ou réduire le nombre de personnes dans une pièce sont des bons réflexes. - © Pxhere
Ouvrir les fenêtres ou réduire le nombre de personnes dans une pièce sont des bons réflexes. - © Pxhere

Dans son avis du 28 avril 2021, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) préconise « de mettre en œuvre des actions d’aération et d’assurer le bon fonctionnement de la ventilation lorsque la concentration dépasse 800 ppm en CO2 ».

Le collectif d’enseignants-chercheurs, Projet CO2, recense les mesures qui peuvent être prises, notamment dans les établissements du supérieur, lorsque cette limite est atteinte (ce qui peut être vérifié à l’aide de capteurs CO2).

1. Vérifier, augmenter la ventilation mécanique

En augmentant le renouvellement d’air fourni par la ventilation mécanique, on fera diminuer le taux de CO2 (et les aérosols) de façon constante.

« Parfois, la ventilation mécanique déjà en place est suffisante, mais elle a besoin d'être correctement réglée », indique Florence Elias, professeure à l'Université de Paris, spécialisée dans les propriétés physiques des fluides complexes, et membre de projet CO2.

2. Augmenter l’aération, ouvrir les fenêtres et les portes

Pour un meilleur renouvellement d’air, l’aération la plus efficace est réalisée en ouvrant le maximum de fenêtres et de portes. Sera notamment privilégiée l'aération transversale qui consiste à ouvrir sur des côtés opposés de la salle.

Lorsque le seuil est atteint, ouvrir les fenêtres jusqu'à ce que le taux de CO2 baisse suffisamment puis les refermer permet entre autres de ne pas avoir trop de déperdition de chaleur.

3. Adapter la jauge

L’excès du taux de CO2 (c’est-à-dire le taux de CO2 mesuré - le taux de CO2 extérieur*) est proportionnel au nombre de personnes. En d’autres termes, plus il y a de personnes dans une pièce, plus l’excès du taux de CO2 est élevé. Ainsi, en diminuant le nombre de personnes dans un même lieu, on peut atteindre les recommandations.

Par exemple, pour un taux de 1200 ppm et un taux extérieur de 400 ppm (qui est le taux extérieur moyen pouvant augmenter lors des pics de pollution), il faut diviser par deux le nombre de personnes pour arriver à 800 ppm. Retrouvez tous les calculs relatifs à l’analyse des données de concentration en CO2 dans ce document.

Et si les mathématiques ne sont pas votre fort, il suffit de diminuer la jauge jusqu'à ce que le capteur de CO2 affiche un taux satisfaisant sur toute la durée du cours.

4. Ajouter un extracteur d’air ou un insufflateur

Un extracteur ou insufflateur d’air bien positionné augmente le renouvellement d’air (en apportant de l’air frais). Ces derniers peuvent notamment être intégrés aux cloisons.

5. Filtrer l’air

À l’aide d’un purificateur d’air. Pour cela, « il est nécessaire de faire intervenir un bureau d'étude qui sera apte, selon les caractéristiques de la pièce, à rediriger vers le purificateur adéquat », souligne Florence Elias.

*Le taux de CO2 extérieur varie d’un endroit à l’autre. Il est notamment impacté par les pics de pollution.

Transférer cet article à un(e) ami(e)