Métiers
&
carrières

Recrutement : comment intégrer un organisme de recherche comme chercheur ou ingénieur en 2022 ?

Par Isabelle Cormaty | le | Concours/recrutement

Calendrier, modalités de recrutement, détail de la procédure et types de postes, Campus Matin vous explique le mode d’emploi pour intégrer un organisme national de recherche cette année, sur des postes de chargé de recherche, directeur de recherche, ingénieur ou technicien.

Les modalités de recrutement varient d’un organisme à l’autre en fonction de son statut. - © France Universités - Université de Haute-Alsace
Les modalités de recrutement varient d’un organisme à l’autre en fonction de son statut. - © France Universités - Université de Haute-Alsace

Comment intégrer un organisme national de recherche ? Quel est le calendrier de recrutement ? Comment se déroule la procédure ? Et combien de postes sont à pourvoir ? Les modalités de recrutement varient d’un organisme à l’autre, en fonction du statut de l’institution : public, public à caractère économique et commercial ou privé. 

Que vous soyez chargé de recherche, chercheur, directeur de recherche, ingénieur ou technicien, Campus Matin vous propose un mode d’emploi et un récapitulatif des campagnes en cours. 

Au CNRS, deux campagnes annuelles sur concours externes

Avec ses 15 197 chercheurs et ses 16 747 ingénieurs et techniciens, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) se place en tête des organismes nationaux de recherche ayant les effectifs les plus importants. Sous statut d’établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST), le CNRS recrute ses titulaires quasi exclusivement sur concours.

Un concours pour les chercheurs

Le CNRS réalise tous les ans une campagne pour recruter des chercheurs permanents, via un concours externe ouvert à toutes nationalités et aux personnes titulaires d’un doctorat ou équivalent. La campagne a débuté par l’affichage des postes et l’inscription des candidats du 7 décembre 2021 au 11 janvier 2022.

Les auditions qui ont commencé le 14 mars se déroulent actuellement jusqu’au 6 mai 2022. « Compte tenu du contexte sanitaire, les auditions se dérouleront en visioconférence pour l’ensemble des candidats », précise le CNRS. Les mois de juin et juillet seront consacrés aux jurys d’admission. À partir d’octobre, les nominations sont prononcées. S’en suivent alors les prises de fonction.

Un concours pour les ingénieurs et les techniciens

La campagne de recrutement des ingénieurs et techniciens commence le 7 juin 2022. - © Research by Shakeel Ch. from the Noun Project
La campagne de recrutement des ingénieurs et techniciens commence le 7 juin 2022. - © Research by Shakeel Ch. from the Noun Project

Une seconde campagne dédiée cette fois aux ingénieurs et aux techniciens commencera le 7 juin 2022. Elle se déroulera sur le même modèle que le concours externe pour les chercheurs. Après l’affichage des postes, les candidats pourront s’inscrire en ligne. 

De septembre à novembre se déroulera la sélection des candidats en deux phases : d’abord une étude du dossier (et selon les cas une épreuve écrite ou pratique) puis une audition. Les nominations seront prononcées le 1er décembre pour une prise de fonction dans le mois.

Le nombre de postes ouverts en 2022 

Pour la campagne 2022, le CNRS propose 238 postes de chargé de recherche (CR) de classe normale, soit quatre de moins que l’an passé.

L’organisme cherche également 262 directeurs de recherche (DR), dont 260 directeurs de 2e classe en 2022 et deux de 1re classe. Ce nombre est en très légère hausse depuis quelques années, toutes classes confondues. En 2018, le principal organisme de recherche recrutait en effet 254 directeurs de recherche sur concours, contre 256 en 2019 et 261 en 2021.

Des CDD à pourvoir toute l’année

Outre le recrutement de chercheurs et d’ingénieurs titulaires sur concours externe, le CNRS recrute également toute l’année des administratifs, des doctorants, des postdoc, des ingénieurs et des techniciens de recherche issus de toutes les branches d’activité professionnelle sur des contrats à durée déterminée. Ces offres d’emploi sont répertoriés sur le site internet de l’organisme de recherche

Dans les autres organismes, un calendrier 

Une procédure similaire au CNRS dans les autres EPST

Dans les autres établissements à caractère scientifique et technologique, les modalités de recrutement sont proches de celles du CNRS. Seuls varient les calendriers de candidature et le nombre de postes à pourvoir. Pour la campagne 2022, seront recrutés en externe :

  • 67 chargés de recherche et 40 directeurs de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ;
  • 55 chargés de recherche à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) ;
  • 23 chargés de recherche et 20 directeurs de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) ;
  • 21 postes de CR et 15 DR à l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) ;
  • un chargé de recherche et un directeur de recherche à l’Institut national d'études démographiques (Ined).

Des recrutements en CDD ou CDI dans les organismes privés

Dans les établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic) et les fondations comme les instituts Pasteur ou Curie, les recrutements sont de droit privé avec des contrats en CDD ou CDI. Pas de concours donc ! Le processus de candidature se déroule de manière plus classique, comme dans les entreprises, avec un entretien d’embauche et d'éventuels entretiens complémentaires.

Les chercheurs ou ingénieurs et techniciens peuvent candidater tout au long de l’année, en fonction des besoins. Les offres à pourvoir sont disponibles sur les sites internet respectifs des organismes, sur le site de Pôle emploi ou sur le portail de l’emploi public.

Des contrats en alternance pour des étudiants

À noter que de nombreux organismes recrutent aussi des étudiants, en stage ou en alternance. Les offres en apprentissage sont généralement diffusées vers la fin mai ou courant juin.

Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a par exemple accueilli en 2019 plus de 500 apprentis et plus de 1500 étudiants pour des stages rémunérés dans les domaines de l’informatique, de la physique, de la chimie, de l’électronique ou de la mécanique.

Transférer cet article à un(e) ami(e)