Métiers
&
carrières

RH : 7 étapes dans le parcours de Christine Szalajski, DRH d’Excelia

Par Marc Guiraud | le |  Parcours

Comment Christine Szalajski est passée du consulting au métier de DRH, dans l’industrie, puis dans l’enseignement supérieur ?

Réunion sur des indicateurs
Réunion sur des indicateurs

Christine Szalajski, DRH, Excelia Group
Christine Szalajski, DRH, Excelia Group

Christine Szalajski commente son CV

Formation de psychologue du travail (DESS de La Sorbonne - Paris 5) en 1991

Car je suis profondément intéressée par les relations humaines et par le fonctionnement de la psychologie humaine.

 Consultante en ressources humaines dans deux cabinets de conseil.

C’est le début de ma carrière et cela a été un formidable accélérateur d’expérience. J’ai été confrontée à une grande diversité de sujets, ce qui m’a permis d’acquérir très rapidement les compétences liées à ces sujets. J’ai aussi pu gagner beaucoup de confiance en moi, étant face aux clients à l’âge de 25 ans.

SNCF : consultante interne et chargée de recrutement. (1996 - 2001)

J’ai rejoint cette grande entreprise pour une période passionnante de 4 ans. J’ai notamment mené un audit sur la formation des conducteurs de train (pour la direction de la traction) que je suis allée présenter dans toutes les régions (25 présentations). Je me suis aussi professionnalisée sur le recrutement car nous en faisions beaucoup, et sur l’évaluation des personnes. Et j’ai appris à travailler avec les dirigeants, sur des outils de mise en situation.

M2 de gestion et administration des entreprises à l’IAE de Paris. (1999 - 2000)

J’avais 30 ans et pour projet de prendre des responsabilités plus larges en entreprise. Étant psychologue du travail, cette seconde formation m’était indispensable pour comprendre les métiers et le fonctionnement d’une entreprise.

DRH dans l’industrie à La Rochelle, à la SEMAT. (2001 - 2004)

A l’issue de cette formation, j’ai obtenu ce premier poste de DRH. J’ai donc découvert le métier de DRH dans le secteur de la métallurgie, puisque la SEMAT fabriquait des bennes à ordure.

Expérience très enrichissante. Je suis arrivée en pleine période des 35 heures. J’y ai appris la négociation sociale, avec des syndicats (Sud, FO, CGT) qui étaient sur une ligne très dure. Ils ont menacé de brûler ma voiture ! Je me souviens avoir présenté un projet d’accord debout sur une chaise au milieu de l’atelier.

Octobre 2005 : Excelia-Group, où je suis toujours.

J’avais trois jeunes enfants et je voulais un poste de DRH à temps partiel. Je l’ai trouvé à Excelia (à l’époque Groupe Sup de Co La Rochelle). Au bout de deux ans, je suis repassée à plein temps.

Avec 15 ans d’ancienneté, je peux dire que je ne m’ennuie pas du tout, car le groupe est en plein développement, ce qui permet de mener des multiples projets RH pour faire grandir les gens.

J’ai aussi appris le côté international, qui contribue à la diversité des profils à gérer dans une école de commerce.

L’intérêt d’être là depuis longtemps, c’est que j’exerce mon métier telle que je suis, avec mes valeurs et ma personnalité. C’est le côté humain du métier qui peut prédominer.

Autre aspect positif, je connais très bien tous les salariés, je peux les appeler.

2015 : formation à la médiation, à l’Université de La Rochelle.

La médiation me passionne depuis la fin de mes études de psychologie. Mon mémoire de fin d’étude portait déjà sur ce sujet. J’ai bouclé la boucle en 2015 avec ce diplôme universitaire de Médiation et Gestion de conflit.

Les techniques de communication et de médiation me sont utiles au quotidien dans mon métier de DRH pour apaiser les conflits qui peuvent surgir dans des équipes, entre des collaborateurs.

Transférer cet article à un(e) ami(e)