Métiers
&
carrières

Le carnet de Campus Matin : cinq personnalités à découvrir en mai et juin 2020

Par Marine Dessaux | le | Personnels et statuts

Une fois par mois, découvrez cinq personnalités qui viennent de prendre de nouvelles responsabilités. Au menu pour cette première sélection de Campus Matin : un directeur général, une présidente de comité de campagne, une directrice générale des services… Faites leur connaissance et découvrez leurs enjeux !

Le carnet de Campus Matin : cinq personnalités à découvrir en mai et juin 2020
Le carnet de Campus Matin : cinq personnalités à découvrir en mai et juin 2020

Alexandre de Navailles, Anne-Laure Kiechel, Stéphanie Lasquellec, Isabelle Huault et Gilles Fleury : ils et elles sont de nouveaux visages du sup’ ou des figures bien connues dont la trajectoire professionnelle change. Campus Matin met en lumière leur parcours et leurs enjeux. 

Alexandre de Navailles : directeur général de Kedge business school

Alexandre de Navailles est ambassadeur de la fondation Dauphine
Alexandre de Navailles est ambassadeur de la fondation Dauphine - © DR

Alexandre de Navailles a été nommé directeur général de Kedge business school, le 10 juin dernier. Actuel président de Hertz France, que la crise sanitaire n’épargne pas, il s’est vu contraint de retarder sa prise de fonctions. Ce sera donc le 1er juillet que cet ancien élève de master finance à Dauphine - PSL, sera effectivement en poste. Une arrivée attendue, puisque l’école n’a plus de directeur général depuis le départ de José Milano, le 4 octobre 2019 !

Ses enjeux

La gouvernance de l'école repose sur les chambres de commerce de Bordeaux et Marseille, depuis la fusion de Bordeaux école de management (BEM) et d’Euromed. Depuis la naissance de Kedge en 2013, la vie de directeur n’est pas un long fleuve tranquille et le poste a déjà changé plusieurs fois de titulaire.

Le profil recherché -  « une personne à la fois dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche, mais aussi de l’entreprise », selon les mots d'Agnès Grangé, présidente du conseil de l'école- montre bien l’ampleur de la tâche.

Si Alexandre de Navailles connaît bien le privé et ses enjeux, son seul lien avec le monde universitaire est sa fonction de grand ambassadeur de la fondation Dauphine. Son plongeon dans le monde académique sera donc à suivre, dans un univers des business schools où les nouvelles têtes aux postes de direction sont rares.

  • Le suivre sur les réseaux sociaux

Linkedin : Alexandre de Navailles.

Anne-Laure Kiechel : présidente du comité de campagne de la Fondation de Sorbonne Université

Anne-Laure Kiechel a étudié les mathématiques à l’UPMC
Anne-Laure Kiechel a étudié les mathématiques à l’UPMC

Le 3 juin a marqué l’annonce de la nomination d’Anne-Laure Kiechel en tant que présidente du comité de campagne « Bienvenue au futur » de la Fondation Sorbonne Université.

Après un début de carrière chez Lehman Brothers à New York, Anne-Laure Kiechel est revenue en France où elle a exercé la fonction de senior banker à Paris pour diverses entreprises françaises. À son départ de Rothschild & Cie, elle crée la structure indépendante : Global Sovereign Advisor, dédiée à conseiller les états sur les questions de gestion économique.

Ce qu’il faudra suivre

Cette diplômée de HEC Paris et de l’Université de Saint-Gall en Suisse a étudié les mathématiques à l’UPMC (actuelle Sorbonne Université). Et c’est donc la nouvelle « marque », née de la fusion de l’UPMC et de l’Université Paris Sorbonne (Paris IV), qu’elle s’engage pour la poursuite de la campagne « Bienvenue au futur », qui a déjà permis à 56 projets de voir le jour.

Récolter 100 millions d’euros d’ici 2022

Elle reprend le flambeau de Thierry Breton avec pour objectif de récolter 100 millions d’euros d’ici 2022. Un financement qui sera dédié à l’amplification de l’interdisciplinarité en recherche, l’éclosion de talents et la construction d’un environnement stimulant.

Le challenge est de taille, particulièrement dans un contexte de crise, sanitaire et économique, qui peut faire craindre une baisse des dons aux fondations.

  • La suivre sur les réseaux sociaux

Twitter : @AL_Kiechel.

Linkedin : Anne-Laure Kiechel.

Stéphanie Lasquellec : directrice générale des services à l’Insa Rennes

L’Insa Rennes a une nouvelle directrice générale des services depuis le 1er juin : Stéphanie Lasquellec. Une décision publiée au Bulletin officiel du 28 mai.

Une réorientation dans les RH

Anciennement directrice des affaires financières et secrétaire générale par intérim d’Agrocampus Ouest, Stéphanie Lasquellec prendra ses fonctions dans l'école qui l’a formée. En effet, diplômée de l’Insa Rennes en génie civil et urbanisme, elle a débuté sa carrière en 1998 à la Ville de Nanterre.

Après une carrière dans le monde des collectivités, elle a rejoint Agrocampus Ouest et donc l’enseignement supérieur en 2016.

Depuis elle a complété son bagage académique en décrochant un master de droit, économie et gestion en 2016 et un diplôme d’université d’un an en administration et gestion RH en 2019.

  • La suivre sur les réseaux sociaux

Viadeo : Stéphanie Lasquellec.

Isabelle Huault, DG et présidente du directoire d’EMLyon

Isabelle Huault a été choisie par le fonds Qualium, propriétaire d’EMLyon
Isabelle Huault a été choisie par le fonds Qualium, propriétaire d’EMLyon - Seb Lascoux

Diplômée d’EM Lyon, Isabelle Huault y revient en tant que directrice générale et présidente du directoire. Un « mercato » de taille qui a créé la surprise puisque la grande école de commerce lyonnaise s’offre les services de la présidente de l’Université Paris-Dauphine où elle a fait l’essentiel de sa carrière. 

Elle y a successivement été directrice de l’unité mixte de recherche en management, vice-présidente puis présidente, depuis décembre 2016.

Les défis à relever

Isabelle Huault a accompagné l’internationalisation, la digitalisation et le développement de formations « hybrides » de l’Université Paris Dauphine, des sujets là qu’elle devra développer à EMLyon dans un contexte concurrentiel encore plus intense.

Première femme à la tête de l’institution lyonnaise, elle devra montrer qu’une personnalité académique de premier plan peut cohabiter avec un fonds d’investissement et ses exigences de retour sur investissement.

Qualium a en effet pris le contrôle de l'école en 2019 après un changement de statut porté par l’ancien directeur, Bernard Belletante. Mais son successeur désigné, Tawhid Chtioui a rapidement quitté ses fonctions sur fond de désaccord avec les actionnaires et l’essentiel de l'équipe de direction a, depuis, fait de même.

  • La suivre sur les réseaux sociaux

Twitter : @IsabelleHuault.

Linkedin : Isabelle Huault.

Gilles Fleury : directeur délégué de l’École Centrale de Lille

Gilles Fleury est devenu directeur délégué de l’École centrale de Lille, le 2 juin. Un univers centralien qui lui est familier, puisqu’il a été directeur de l’École Centrale de Pékin (2014-2018). Après un crochet par Sciences Po où il était directeur du campus de Paris depuis novembre 2018, il revient en terrain connu !

Une nouvelle étape pour l'école dans le cadre de l’Université de Lille

Cet ingénieur diplômé, enseignant-chercheur puis directeur de la recherche de Supélec où il a fait l’essentiel de sa carrière (1944-2011), a pour mission de développer l’École Centrale de Lille, dont le cadre institutionnel est en plein mouvement.

L'école est devenue un des départements de Centrale Lille Institut, établissement né tout récemment, en janvier 2020, qui réunit, outre Centrale Lille, l'École nationale supérieure de chimie de Lille, l’IG2I et l’Iteem. L’enjeu de ce regroupement de forces en ingénierie : devenir un établissement-composante au sein de la nouvelle Université de Lille.

  • Le suivre sur les réseaux sociaux

Twitter : @Zelig33.

Linkedin : Gilles Fleury.

Transférer cet article à un(e) ami(e)