Vie des campus

À Nice, des semaines d’intégration engagées pour créer de la cohésion

Par Pauline Tressols | le | Expérience étudiante

Spécial rentrée, épisode 1. Activités en groupes pour tisser des liens, rencontre avec les promotions supérieures, réflexions sur le développement durable et anticipation de leur futur métier : tels sont les ingrédients de la semaine d’intégration proposée aux étudiants de deux écoles niçoises, l’Edhec Business School et l’École de Condé.

À l’Edhec, la semaine d’intégration commence par une journée au vert dans un château varois - © Pauline Tressols
À l’Edhec, la semaine d’intégration commence par une journée au vert dans un château varois - © Pauline Tressols

« Il est important de démarrer l’année par une semaine d’intégration », affirme Bernard Curzi, directeur du programme Edhec international BBA business management sur le campus de Nice. Lundi 6 septembre, les élèves de première année étaient conviés à une assemblée générale de rentrée, pour une présentation académique de l’école et de leur formation. Puis, le lendemain, à une journée d’intégration.

Une journée d’intégration placée sous le signe du divertissement…

Annulée l’an dernier en raison de l'épidémie, la journée d’intégration est organisée cette année dans le respect du protocole sanitaire. À savoir : gestes barrières et contrôle du passe des participants.

« Sur les 420 étudiants de première année de bachelor attendus, certains ont dû décliner, car ils n’étaient pas en mesure de présenter leur passe sanitaire », regrette le directeur du programme.

« Pour certaines activités, c’est fou-rire garanti ! », s’exclame Bernard Curzi - © D.R.
« Pour certaines activités, c’est fou-rire garanti ! », s’exclame Bernard Curzi - © D.R.

Les autres se sont rendus au Château Saint-Julien d’Aille à Vidauban dans le Var.

Dans ce spacieux domaine viticole, plusieurs pôles d’activités ludiques, sportives et artistiques, ont été aménagés. Les étudiants, répartis en équipes concurrentes, passent de l’un à l’autre. Objectifs selon Bernard Curzi : « Prendre du plaisir, rire et faire naître un esprit de promotion  ».

« Ces jeunes se découvraient la veille pour la première fois. Cette journée d’intégration leur permet de se rapprocher et de nouer les premières amitiés. Dès le lendemain, les groupes formés se retrouveront pour travailler ensemble, car ils se sont connus et appréciés. »

… pour se mettre au travail plus facilement

Mercredi, les élèves se retrouvent à l’école pour élire le meilleur travail de groupe de leurs aînés. « À cette occasion, les étudiants de deuxième année présentent leur atelier de projet mené tout au long de l’année précédente aux nouveaux arrivants. Cela permet de tisser des liens entre les promotions et de montrer aux bachelors 1 ce que l’on attend d’eux  », précise Bernard Curzi.

Le meilleur projet à impact durable - © D.R.
Le meilleur projet à impact durable - © D.R.

Cet atelier de projet, aussi appelé « Sustainable Impact Project  » ou projet à impact durable, prend pour cadre l’un des dix-sept objectifs du développement durable des Nations Unies. Développement durable, écologie ou encore responsabilité sociétale des entreprises sont ainsi au centre de la réflexion des étudiants.

En fin de semaine, des jeux d’entreprises, ou business game, sont organisés pour les bachelors 1. Une manière de leur faire découvrir le fonctionnement d’une entreprise et d’introduire des aspects de leur futur métier. Des éléments d’intégration que l’on retrouve du côté de l’École de Condé.

Des tables rondes autour de l’économie circulaire…

Dans cette école de design, les étudiants de première année ont effectué leur pré-rentrée le 10 septembre. Au programme : présentation de l’école, de l’équipe, du programme et de la semaine d’intégration.

Lundi 13 septembre, les troisièmes années de bachelor étaient au rendez-vous pour méditer sur la notion d’économie circulaire. Répartis en treize groupes, ils disposaient de deux heures pour réaliser une cartographie visuelle récapitulative de leurs réflexions.

Le mapping du groupe 9 sur l'économie circulaire - © D.R.
Le mapping du groupe 9 sur l'économie circulaire - © D.R.

« L’enjeu de ces tables rondes est de sensibiliser nos étudiants en design au cycle de vie de leurs créations et à leur conséquence en termes de déchets », explique Amandine Brincat, directrice de l’École de Condé.

Et d’ajouter : « Aujourd’hui, les entreprises tiennent compte des connaissances des jeunes designers sur le sujet. En tant que laboratoire pédagogique, nous devons former les élèves à l’éco-conception dès leur entrée à l’école. »

… pour esquisser un travail en équipe …   

Le lendemain, les étudiants de première année sont affectés aux groupes de bachelors 3 constitués la veille. En prenant comme point de départ la synthèse de leurs aînés sur l’économie circulaire, ils disposent de trois jours pour concevoir des prototypes d’objets, liés à cette notion.

« L’école utilise des bâches publicitaires pour habiller ses stands lors des forums ou salons. Comme elles sont renouvelées tous les ans, nous en avons un stock très important », déclare Amandine Brincat.

Les bâches publicitaires de l'école de Condé - © D.R.
Les bâches publicitaires de l'école de Condé - © D.R.

La mission des équipes en découle : offrir une seconde vie à ces supports de communication à usage unique pour en fabriquer un objet, qui sera commercialisé au profit du BDE de l’école lors de ses journées portes ouvertes en février. De même qu’à l’Edhec, cette activité commune sur le thème du développement durable permet aux nouveaux arrivants de faire connaissance et de rencontrer la promotion supérieure.

« Les étudiants de première année vont être amenés à travailler ensemble. En créant des liens dès à présent, ils pourront s’entraider », garantit Enzo Russo, en troisième année de design graphique. Il se souvient : « Quand j’étais à leur place, je demandais conseil aux bachelors 3 qui étaient dans mon groupe lors de la semaine d’intégration. C’est à notre tour d’être là pour répondre à leurs questions. »

« C’est une sorte de parrainage, confirme Amandine Brincat. Nous savons que le fruit de ce premier travail ne sera pas excellent, mais qu’il a avant tout une valeur humaine forte. »

… et découvrir leur futur métier

La cohésion d’équipe induite au cours de cette semaine d’intégration est un aspect que les élèves retrouveront à l’avenir :

Les étudiants entrent directement dans le vif du sujet

« Un designer ne travaille pas seul. Il travaille en groupe et pour quelqu’un. C’est pourquoi il doit apprendre à échanger avec autrui et à respecter le cahier des charges de son client. Ici, il s’agit d’une contrainte temporelle et du matériau imposé, poursuit la directrice de l’École de Condé. Avec ce projet, les étudiants entrent directement dans le vif du sujet : ils entrevoient dans quel type de métier ils s’engagent, aussi bien sur le côté technique que relationnel. »

Les étudiants de troisième année encadrent pendant trois jours les nouveaux arrivants - © D.R.
Les étudiants de troisième année encadrent pendant trois jours les nouveaux arrivants - © D.R.

En fin de semaine, les élèves présenteront leur projet aux équipes pédagogiques et administratives de l’école, chargées d’élire le prototype avec le plus de potentiel, « aussi bien dans son usage que dans sa réalisation ».

« C’est une façon pour nous d’identifier les nouveaux arrivants et de déceler d’éventuels talents, indique Amandine Brincat. Cette semaine d’intégration donne le ton de l’année à venir !  »

Campus Matin fait sa rentrée, à vos côtés !

Cette semaine du 13 septembre, Campus Matin organise à nouveau un tour de plusieurs campus de France pour vivre la rentrée au plus près des établissements. Un rendez-vous annuel, qui a vu le jour à la rentrée 2020 avec des reportages dans quatre villes de Lille à Grenoble, et que vous pourrez retrouver en intégralité dans notre newsletter !

Retrouvez nos reportages :

• sur le campus connecté de Saint-Raphaël ;

• à la foire de Châlons-en-Champagne où expose l’Urca ;

• à la maison de l'étudiant à Nice. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)