Métiers
&
carrières

[Le chiffre] 79 % en 2020 : le taux d’emploi des jeunes diplômés CGE en baisse significative

Par Pauline Tressols | le | Concours/recrutement

L’impact de la crise sanitaire sur l’insertion professionnelle des nouveaux diplômés des grandes écoles se fait sentir : le taux net d’emploi à moins de six mois après l’obtention du diplôme perd 9 points en un an. Alors qu’il était de 88,1 % en 2019, il descend à 79,1 % en 2020. Et revient ainsi à un niveau similaire à celui de 2010, dans un contexte post-crise financière.

La proportion de diplômés CGE en recherche d’emploi augmente de 7,2 points en 2021 - © Pexel/Tim Gouw
La proportion de diplômés CGE en recherche d’emploi augmente de 7,2 points en 2021 - © Pexel/Tim Gouw

Le chiffre : - 9 points pour le taux d’emploi des diplômés, à 79 % en 2020

Contexte économique défavorable, limitation des offres d’emploi, difficulté à trouver un stage de fin d’études… Quelques mois après leur sortie des grandes écoles, les jeunes diplômés sont confrontés à une insertion professionnelle compliquée. Résultat : les indicateurs d’employabilité sont en baisse. Le taux net d’emploi diminue de 9 points, passant de 88,1 % en 2019 à 79,1 % en 2020. Un reflet de la part importante de nouveaux diplômés en recherche d’emploi (17,7 %).

La source : qui a produit ces statistiques ?

Cette information provient de la 29e édition de l’enquête relative à l’insertion professionnelle des diplômés des grandes écoles, publiée le 15 juin 2021. Une étude menée par la Conférence des grandes écoles (CGE) en collaboration avec l’École nationale de la statistique et de l’analyse de l’information (Ensai).

193 des 196 grandes écoles membres de la CGE (ingénierie, management et autres spécialités : études politiques, architecture, journalisme, communication, design…) ont sollicité leurs diplômés. Au total, près de 177 000 d’entre eux, des trois dernières promotions de niveau master, ont répondu au questionnaire en ligne. 

Les résultats du rapport s’appuient sur des données recueillies au cours du premier trimestre 2021. Cependant, ceux de la précédente édition reposaient sur des éléments collectés entre décembre 2019 et mars 2020, soit juste avant le premier confinement lié au Covid-19. Cette 29e enquête mesure ainsi les premiers impacts de la crise sanitaire sur le recrutement des jeunes diplômés des grandes écoles.

L’explication : pourquoi le taux net d’emploi est-il en baisse ?

Dans l’enquête 2021, la principale difficulté avancée quant à l’entrée dans la vie professionnelle est le manque d’offres d’emploi.

Pourtant, « les résultats de l’enquête 2021 confirment les tendances observées par le passé. Le principal moyen d’obtenir une embauche reste le stage de fin d’études. » À hauteur de 27,7 % en 2021, le stage de fin d’études est le moyen d’accès à l’emploi majoritaire pour les diplômés des Grandes Écoles.

Par ailleurs, la CGE pointe que « 86,6 % des diplômés de 2020 en recherche d’emploi le sont depuis la sortie de l’école, ce qui est nettement supérieur au résultat de l’enquête précédente (68,9 %) ».

Un contexte économique défavorable au marché de l’emploi des cadres

La crise économique engendrée par la situation sanitaire rend difficile l’insertion professionnelle des nouveaux diplômés.

« Le recul constaté dans cette enquête est à mettre en relation avec le ralentissement temporaire de l’activité économique et l’incertitude dans laquelle se trouvaient les entreprises du fait de la crise sanitaire », précise Nicolas Glady, président de la Commission Aval de la CGE et directeur de Télécom Paris.

Dans le Baromètre Apec des intentions de recrutement et de mobilité des cadres du premier trimestre 2021 paru en janvier, l’Association pour l’emploi des cadres indique que les offres d’emploi restent très inférieures à leur niveau d’avant Covid-19 (- 29 % sur l’année 2020). Ainsi, 11 % des entreprises envisagent de recruter un cadre, contre six sur dix un an auparavant : l’emploi des nouveaux diplômés est directement touché.

« Toutes promotions confondues, les diplômés ont été six sur dix à avoir répondu que la situation sanitaire avait eu un impact pour eux  », souligne le rapport 2021.

Des difficultés en décalage avec les années précédentes, caractérisées par une situation favorable aux jeunes diplômés.

« Les gains accumulés depuis 2016, période durant laquelle les jeunes diplômés ont bénéficié d’un marché de l’emploi très favorable pour les cadres, ont été effacés. Le taux net d’emploi est presque revenu au niveau de 2010, post crise financière de fin 2008 (76,5 %). À cette époque, la chute avait été forte également (- 7 points). »

Les autres points clés de l’enquête

La question du télétravail : une première

« Le télétravail est abordé pour la première fois dans l’enquête 2021, avec la question 'Combien de jours par semaine êtes-vous en télétravail ?', posée aux diplômés en activité professionnelle  », détaille la CGE.

Près d’un diplômé sur trois télétravaille cinq jours par semaine. Toutefois, 31,3 % n’ont pas eu recours au télétravail, dont 37,3 % d’ingénieurs ; leur secteur d’activité n’étant pas toujours compatible avec ce mode de fonctionnement.

Moins de départs à l’international 

À cause des restrictions de déplacements, les mobilités à l’étranger s’avèrent plus difficiles : la part des emplois à l’international recule de 1,3 point. Elle reste plus forte chez les managers et les diplômés des écoles d’autres spécialités (respectivement 16,7 % et 17,3 %), plus enclins à occuper un poste à l’étranger que les ingénieurs (9,5 %).

Une incitation à la poursuite d’études 

Dans l’attente de trouver un emploi, une plus grande part de diplômés a fait le choix de poursuivre leurs études : 9,9 % contre 8,2 % en 2020.

Une progression observée dans les trois types d’écoles : 

  • 23,6 % (+ 3 points par rapport à 2020) pour les écoles des autres spécialités ;
  • 9 % (+ 1,2 point) des ingénieurs ;
  • 5,9 % (+ 1,5 point) des managers.

Rémunération stable : seulement - 0,7 % en un an

Bonne nouvelle cependant : la CGE s’attendait à un recul marqué des salaires d’embauche. Or, avec 35 461 € annuels en moyenne pour un diplômé travaillant en France, la diminution n’est que de 0,7 % en un an.

Autres données encourageantes :

• 89,1 % des diplômés de 2020 en activité occupent un emploi qui correspond, d’après eux, à leur niveau de qualification. Soit la quasi-totalité.
• 77,7 % des diplômés ont trouvé leur premier poste moins de deux mois après leur sortie d’école. Un délai de recrutement relativement court.
• 77,1 % des diplômés travaillant en France sont embauchés en CDI. Cette part reste élevée.

Transférer cet article à un(e) ami(e)