Métiers
&
carrières

Le carnet de Campus Matin : découvrez ces cinq prises de poste marquantes de janvier 2022

Par Enora Abry | le | Management

Présidents de la FNCAS, de l’Université de Bordeaux, de la Cdefi ou directrice des Beaux-Arts de Paris et directeur des études à l’EHESP : ce sont les prises de fonctions marquantes de janvier 2022 à retrouver dans notre rendez-vous mensuel.

Chaque mois, Campus Matin vous fait découvrir 5 personnalités du sup’ qui prennent leurs fonctions - © Miguel Á. Padriñán
Chaque mois, Campus Matin vous fait découvrir 5 personnalités du sup’ qui prennent leurs fonctions - © Miguel Á. Padriñán

Joël Guervenou, Alexia Fabre, Dean Lewis, Alexis Michel, Michel Louazel : découvrez ces cinq personnalités qui entament une nouvelle page de leur carrière en ce début d’année 2022. 

1. Joël Guervenou, président de la FNCAS 

Déjà vice-président de la Fédération nationale de conseil en action sociale (FNCAS) depuis 2008, Joël Guervenou a été élu président de l’organisation le 17 janvier 2022. Il succède à Jean-François Béteau, président depuis 2009, suite à sa démission.  

Son parcours 

Joël Gervenou est docteur en chimie - © JG
Joël Gervenou est docteur en chimie - © JG

Titulaire d’un doctorat en chimie de l'Université de Bretagne occidentale, Joël Guervenou est maître de conférences de cette université depuis 1992. De 2007 à 2016, il assure la vice-présidence de cet établissement où il s’occupe des politiques sociales et culturelles. 

En parallèle, il rejoint la FNCAS en 2008 où il accède au poste de premier vice-président chargé des relations extérieures et de la communication. En 2019, en tant que vice-président de la FNCAS, il participe à une mission confiée par le ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation (Mesri) sur les politiques d’action sociale déployées par les établissements. 

Les enjeux de sa nomination 

En accédant à la présidence de la FNCAS, Joël Guervenou poursuivra l’objectif de la fédération qui est d’aider les établissements de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation (Esri) à répondre aux enjeux du développement durable ainsi que d’accompagner les actions politiques et stratégiques. Pour y parvenir, la fédération accomplit trois missions principales : 

  • Inciter les établissements de l’Esri à approfondir leur politique de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Cela passe par la promotion de ces thématiques et par l’animation de discussions et de formations ;
  • Outiller et les accompagner les projets RSE ;
  • Conseiller les établissements et organismes pour l’obtention de labellisations.

2. Dean Lewis, président de l’Université de Bordeaux 

Avec 29 voix sur 35, Dean Lewis a été élu président de l'Université de Bordeaux par le conseil d’administration, le 24 janvier dernier. Il succède à l’actuel président de France Universités (anciennement Conférence des présidents d’université), Manuel Tunon de Lara qui avait exercé ce poste depuis la fusion des Universités de Bordeaux 1, 2 et 4. 

Son parcours 

Dean Lewis est docteur en électronique - © Arthuer Pequin
Dean Lewis est docteur en électronique - © Arthuer Pequin

Dean Lewis obtient un doctorat en électronique à l'Université de Bordeaux 1 en 1996 avant d'être recruté au sein de cette université en tant que maître de conférences. Il devient directeur de l’UFR de physique en 2006 puis vice-président du conseil scientifique, et enfin président en 2012.

Après la fusion des universités de Bordeaux, dont il a été l’un des artisans, il assure la vice-présidence du conseil d’administration de 2014 à 2017 puis celle des ressources humaines au sein de la nouvelle structure de 2018 à 2022. 

Ses objectifs

Dans une interview donnée à News Tank (abonnés), Dean Lewis précise ses objectifs pour les années à venir. Ses projets phares :  

  • composer une nouvelle équipe de vice-présidents pour élargir le panel de compétences du pôle décisionnel ;
  • déclencher des actions pour les transitions environnementales et sociétales ; 
  • analyser les processus administratifs et organisationnels pour les optimiser et améliorer le bien-être au travail ; 
  • amortir le coût du glissement vieillissement technicité (GVT) qui plombe aujourd’hui et pour encore cinq à six ans les finances de l'établissement. Le nouveau président espère étaler l’effort sur dix ans (en augmentant légèrement et temporairement le déficit de masse salariale, en utilisant le fonds de roulement ou en créant des postes d’enseignants-chercheurs sur fonds propres).

3. Alexia Fabre, première directrice des Beaux-Arts de Paris

Alexia Fabre est diplômée de l'École du Louvre et de l’Institut national du patrimoine - © D.R.
Alexia Fabre est diplômée de l'École du Louvre et de l’Institut national du patrimoine - © D.R.

À la suite d’une procédure de sélection menée par le comité d’administration de l'École nationale des Beaux-Arts de Paris et le ministère de la culture, Alexia Fabre a été nommée directrice des Beaux-Arts le 24 janvier. Elle succède à Jean de Loisy, en fonctions depuis 2019. 

Son parcours

Après avoir été diplômée par l'École du Louvre et l'Institut national du patrimoine, Alexia Fabre devient conservatrice au Musée départemental des Hautes-Alpes. En 1998, elle s’engage pour le projet de création du Musée d’art contemporain du Val-de-Marne dont elle a été la conservatrice en chef jusqu’en 2022. En parallèle, elle a également enseigné à l'École du Louvre de 2007 à 2012. 

Ses projets pour l'école 

Ses objectifs s’organisent autour de trois grands axes : 

  • Augmenter le nombre de partenariats nationaux et internationaux et diversifier la programmation artistique ;  
  • Rénover les sites de l'école tout en veillant aux enjeux de la transition écologique ; 
  • Lutter contre les violences et toutes formes de discrimination. 

4. Alexis Michel, président de la commission « international et développement » de la Cdefi 

Déjà directeur de l'École nationale d’ingénieurs de Brest (Enib) Alexis Michel a été élu à l’unanimité, le 11 janvier dernier, au poste de président de la commission « international de développement » de la Conférence des écoles françaises d’ingénieurs (Cdefi). Il y exerçait déjà la vice-présidence depuis juin 2021. 

Son parcours

Alexis Michel est docteur en mathématiques - © D.R.
Alexis Michel est docteur en mathématiques - © D.R.

Après un doctorat en mathématiques, il devient maître de conférences à l'Université de Bordeaux en 1992.

À partir de 2009, il exerce la fonction de conseiller adjoint de la coopération d’action culturelle pour l’Ambassade de France en Turquie avant de rejoindre l’Ambassade de France en Russie où il devient conseiller en science et technologie. De 2017 à 2019, il assure le poste  de recteur adjoint de l'Université de Galatasaray (Turquie). De retour en France en 2019, il prend la direction de l’Enib tout en étant président du Centre de mobilité internationale de Brest

Ses futures missions 

En tant que président de la commission international et développement de la Cdefi, Alexis Michel aura pour priorité les enjeux européens. En effet, en raison de la présidence française de l’Union européenne (PFUE), l’Europe sera un thème central pour sa commission. Des propositions, rapportées par News Tank, ont d’ailleurs été faites par la Cdefi à ce sujet. 

Au sein de la Cdefi, des réflexions seront menées sur la mobilité européenne au travers de la mise en place d’un nouveau groupe de travail. Par ailleurs, deux groupes de travail poursuivront leurs actions, le premier sur l’Afrique et le deuxième sur les compétences internationales et interculturelles dans les formations d’ingénieurs. 

5. Michel Louazel, directeur des études de l’EHESP

Le 10 janvier 2022, Michel Louazel a été nommé directeur des études de l'École des hautes études en santé publique (EHESP). Il succède à Alessia Lefébure devenue directrice de l'Institut d’Agro Rennes-Angers en juillet 2021. 

Son parcours 

Michel Louazel est docteur en sciences économiques - © D.R.
Michel Louazel est docteur en sciences économiques - © D.R.

Après un doctorat en sciences économiques, Michel Louazel devient enseignant-chercheur à l'École supérieure de commerce Audencia à Nantes. 

Il entre à l’EHESP en tant que responsable de la formation continue. Il y  devient directeur adjoint de l’Institut du management en 2010 puis sera promu directeur de cette section en 2018. Au long de ce parcours, il prend la responsabilité de plusieurs formations, dont un master de droit, de santé et un master spécialisé en « management en santé ». 

Ses projets 

La direction des études qu’il va assurer a pour mission « de définir la politique de formation pour tous les publics de l’école, coordonner et impulser sa mise en œuvre et donner de la visibilité aux choix de l’EHESP en matière de formation »

Afin de mener à bien cette mission, Michel Louazel souhaite : 

  • développer le portefeuille d’activités que ce soit en matière de formations statutaires, de préparations aux concours ou de formations diplômantes ; 
  • accompagner des projets et soutenir les apprenants que ce soit pendant ou après leurs études, notamment en ce qui concerne l’insertion professionnelle. 

Pour y parvenir, la direction de l’EHESP mise sur l’hybridation des formations avec le déploiement de nouvelles offres de master et sur la dynamisation de la vie du campus. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)