Métiers
&
carrières

Embellie de l’emploi scientifique dans les organismes de recherche en 2020

Par Isabelle Cormaty | le | Personnels et statuts

Dans les 14 principaux organismes de recherche français, l’emploi de R&D a augmenté de 1,5 % en 2020 par rapport à l’année précédente. Une hausse portée par les contrats doctoraux et la prolongation des contrats touchés par la crise sanitaire. Décryptage.

Les femmes représentent 37 % des chercheurs des 14 principaux organismes de recherche en France. - © CPU - Université de Haute-Alsace
Les femmes représentent 37 % des chercheurs des 14 principaux organismes de recherche en France. - © CPU - Université de Haute-Alsace

Le chiffre : hausse de l’emploi de R&D de 1,5 % en 2020

Dans les 14 principaux organismes de recherche français, l’emploi total consacré à la recherche et au développement (R&D) affiche une hausse de 1,5 % en 2020 par rapport à 2019. Ces postes de R&D comprennent à la fois les chercheurs, les doctorants et les personnels de soutien.

La source : qui a produit ces statistiques ?

Ces données proviennent du Sies, le service des études statistiques du ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Publiée le 8 septembre dernier, cette note Flash porte sur « l’emploi scientifique dans les organismes de recherche en 2020 ».

La méthode : d’où viennent les données ?

Les données évoquées dans cette note proviennent de l’enquête annuelle sur la R&D et du tableau de bord de l’emploi scientifique. Cette enquête annuelle, mise en place en 2014 par le ministère, regroupe 96 % des personnels des organismes de recherche de l’État.

L'étude inclut au total 14 organismes de recherche :

  • six établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) ;
  • six établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic) ;
  • et deux institutions sans but lucratif.

Les données concernant les Epic sont des estimations obtenues en réajustant les données de l’enquête R&D jusqu’en 2019, à partir des résultats du tableau de bord sur six des 12 Epic existants. « Toutes les évolutions sont établies à conventions constantes », précise le Sies.

Comment expliquer cette hausse de l’emploi scientifique ?

La hausse des contrats doctoraux et des CDD

Cette hausse de l’emploi de R&D de 1,5 % en 2020 tient principalement à « celle des contrats doctoraux et des CDD », analyse le Sies. Après une augmentation des effectifs de doctorants rémunérés de 11 % en 2019, ces derniers ont bondi de 10 % en 2020.

« Au total, l’emploi des chercheurs, doctorants inclus, augmente de 2,7 % sur un an, soit plus vite que l’emploi total », constate le Sies.

La prolongation des contrats en lien avec la crise sanitaire

Hors doctorants, l’emploi des chercheurs progresse de 1,7 % en 2020 par rapport à 2019. Cette hausse est plus importante dans les EPST (+ 1,7 %) que dans les Epic (+ 1,4 %). Dans les instituts Curie et Pasteur, cette croissance est encore plus marquée (+3,6 %).

« Cela tient pour plus d’un tiers à l’augmentation des CDD (+5,5 %, après une stabilité entre 2018 et 2019), en lien avec les prolongations de contrats impactés par la crise sanitaire. L’accélération s’observe dans les trois types d’organismes », précise le Sies.

Mathématiques et science de l’ingénieur, deux disciplines qui recrutent

Si l’emploi des chercheurs progresse, cette croissance masque toutefois de fortes disparités entre les disciplines. Avec 386 chercheurs supplémentaires entre 2014 et 2020, les mathématiques connaissent la plus forte croissance : ses effectifs ont crû de 7,8 %.

La catégorie « sciences de l’ingénieur », qui comprend l’informatique, l’automatique, le traitement du signal, l'électronique, la photonique, l’optronique et le génie électrique, compte 351 chercheurs de plus sur la même période. Cela représente une hausse de 7,2 % de ses effectifs.

37 % de chercheuses dans les organismes de recherche

Les 14 principaux organismes de recherche comprennent 37 % de chercheuses en 2020, soit 1,6 point de plus par rapport à 2014.

Cette part varie en fonction des catégories d'établissements. Ainsi, les femmes représentent 56,3 % des chercheurs dans les instituts Curie et Pasteur, 38,1 % des chercheurs dans les EPST et 34 % dans les Epic.

Toutes professions confondues, la part des femmes dans les organismes de recherche progresse très légèrement en sept ans (+0,6 %). 56 % des personnels de soutien et 41 % des doctorants sont des femmes.

Transférer cet article à un(e) ami(e)