Métiers
&
carrières

Une journée avec… Isabella, dans les coulisses de l’université européenne de La Rochelle

Par Marine Dessaux | le | Personnels et statuts

À La Rochelle, rencontre avec Isabella Baer-Eiselt, directrice d’EU-Conexus alors que le projet, labellisé « université européenne », arrive à sa troisième et dernière année de financement. Et contrairement aux idées reçues, notre témoin n’a pas eu beaucoup l’occasion de voyager jusqu'à récemment !

Si les visios occupent beaucoup Isabella Baer-Eiselt, les rencontres en présentiel ont repris. - © Marine Dessaux
Si les visios occupent beaucoup Isabella Baer-Eiselt, les rencontres en présentiel ont repris. - © Marine Dessaux

Un journaliste qui suit, le temps d’une journée, un personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche : tel est le concept d’une nouvelle série d’articles réalisée conjointement par les rédactions de News Tank Éducation & Recherche et Campus Matin, son site ouvert.

Ce début octobre, Marine Dessaux, rédactrice chez Campus Matin, a partagé un morceau du quotidien d'Isabella Baer-Eiselt, directrice de l’université européenne du littoral EU-Conexus.

Le label « Université européenne » a été attribué à 41 alliances entre établissements du supérieur de plusieurs pays européens à la suite d’une idée lancée par le président de la République, Emmanuel Macron, lors de son discours de la Sorbonne, le 26 septembre 2017.

EU-Conexus est l’une de ces nouvelles entités qui cherchent encore leur voie. Elle rassemble La Rochelle Université, ainsi que les universités de Valence (Espagne), Athènes (Grèce), Zadar (Croatie), Bucarest (Roumanie), Klaipedia (Lituanie), Waterford (Ireland), Rostock (Allemagne), Nicosie (Chypre). 

Directrice d’université européenne : une vie de visio !

Quand on imagine une « université européenne », du littoral qui plus est, une multitude d’images s’imposent à l’esprit : des universités en bord de mer, des campus divers, des ports et des mâts de voiliers à l’horizon… Néanmoins, même si La Rochelle Université est loin d’être l’établissement le moins bien situé de France, le quotidien de la directrice d’EU-Conexus n’est pas aussi exotique que l’on pourrait se l’imaginer !

Isabella Baer-Eiselt a travaillé pendant trois ans et demi au sein du Mesri - © D.R.
Isabella Baer-Eiselt a travaillé pendant trois ans et demi au sein du Mesri - © D.R.

En grande partie, car, jusqu’au printemps dernier, la crise sanitaire ne facilitait pas les voyages. Mais aussi parce que le meilleur moyen de réunir une équipe et des interlocuteurs dispatchés entre six pays européens consiste en une solution que nous avons tous expérimentée et éprouvée ces deux dernières années : la visioconférence.

C’est donc dans un bureau muni d’un ordinateur et d’un écran géant que je passe un après-midi aux côtés Isabella Baer-Eiselt, directrice d’EU-Conexus. Au programme, trois réunions virtuelles.

La première consiste à assurer la transmission d’information à tous les partenaires : l’université EU-Conexus grandissant, « nous ne parvenions plus à assurer communication transversale », indique Isabella Baer-Eiselt. Concrètement, il s’agit d’une visio de 30 minutes qui a lieu tous les trois mois. Elle concerne 342 personnes invitées (notamment des enseignants et des personnels) et compte une soixantaine de présents. « Il s’agit de pure transmission d’information », décrit la directrice d’université européenne.

Travailler des partenaires et intégrer leurs contraintes

Lors de la deuxième réunion Teams d’Isabella Baer-Eiselt, visant à préparer une semaine de rencontre des acteurs socio-économiques de La Rochelle Université, début novembre, une question relative à l’utilisation d’un outil d’inscription des participants à une conférence émerge. « Est-ce qu’il serait possible d’utiliser autre chose ? » tente une des membres du comité d’administration d’EU-Conexus, presque exclusivement composé de femmes. En effet, le logiciel ne fait pas l’unanimité. « Désolée, il faut utiliser les outils de l’université », répond Marie Bouchegnies, cheffe de projet EU-Conexus à La Rochelle Université.

Exercice acrobatique : double visio dans un même bureau ! - © M. Dessaux
Exercice acrobatique : double visio dans un même bureau ! - © M. Dessaux

C’est aussi cela une université européenne : être co-organisatrice d’évènements et travailler avec un ou plusieurs partenaires et intégrer leurs contraintes. « Lors de la prochaine demande de financement, je mettrai une somme importante pour améliorer cet outil ! », s’exclame Isabella Baer-Eiselt après la réunion.

Le dernier rendez-vous est assez insolite sur la forme : Jean-Marc Ogier, président de La Rochelle Université et d’Eu-Conexus, et Isabella Baer-Eiselt échangent avec les deux autres membres de la présidence d’EU-Conexus, la vice-présidente formation étant en Espagne et le vice-président recherche en Lituanie. Il s’agit d’une visioconférence en anglais, partagée par les deux Rochelais installés dans une même pièce, sur deux ordinateurs différents ! Durant cet entretien, les échanges sont fluides et les visions des quatre interlocuteurs se rejoignent sur de nombreux points. Fort heureusement : à un an de la fin du contrat de l’appel à projets, EU-Conexus doit, plus que jamais, se pencher sur son avenir.

Un parcours tourné vers l’international et l’Europe

Après une licence de gestion d’entreprise et commerce international, Isabella Baer-Eiselt acquiert un master et, en 2003, un doctorat de sciences politiques à Salzbourg en Autriche, son pays natal.

Elle est chercheuse en sciences sociales sur la question de l’intégration européenne avant de travailler, à partir de 2010, comme chargée de politique scientifique pour le ministère fédéral de la science et de la recherche autrichien. Elle y développe des stratégies politiques et des cadres structurels pour la recherche en sciences humaines et sociales (SHS).

En décembre 2013, Isabella Baer-Eiselt prend le poste de chargée de mission pour le développement des projets européens à l’IHEST, à Paris. De mars 2014 jusqu’en 2017, elle est chargée de mission promotion de l’internationalisation de la recherche en SHS au sein du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

« J’ai ensuite quitté Paris pour La Rochelle où j’ai eu la chance d’être contactée pour intervenir comme consultante sur le projet d’université européenne. En juillet 2019, le projet ayant été retenu, j’ai été nommée directrice d’EU-Conexus. J’ai eu beaucoup de chance que l’on me propose un tel défi ! », raconte-t-elle.

Transférer cet article à un(e) ami(e)