Vie des campus

Que faut-il retenir des classements internationaux publiés en 2022 ?

Par Isabelle Cormaty | Le | Relations extérieures

Campus Matin s’est penché sur les principaux classements internationaux publiés depuis le début de l’année 2022. Qu’ils soient généralistes, spécialisés, dédiés aux universités ou aux écoles de management, voici une synthèse des enseignements à en tirer et des établissements qui se démarquent.

Campus Matin vous propose une synthèse des principaux classements internationaux publiés en 2022. - © Fotolia fotogestoeber
Campus Matin vous propose une synthèse des principaux classements internationaux publiés en 2022. - © Fotolia fotogestoeber

Largement commentés, souvent critiqués, parfois détestés, redoutés ou adulés… Les classements internationaux ne cessent de susciter le débat à leur publication. Pour y voir clair, voici les six points à retenir de la cuvée 2022.

1. Des établissements publics expérimentaux présents dans le classement de Shanghai

Quoique critiqué, c’est LE palmarès de référence dans l'écosystème du supérieur : l’Academic ranking of world universities, dit classement de Shanghai, publié le 15 août dernier. 16 établissements français figurent dans le top 500, soit un de moins que l’an dernier (Université Côte d’Azur).

Le podium français se constitue de l'Université Paris Saclay (16e mondiale), l’Université PSL (40e) et Sorbonne Université (43e). À noter que l’Université Paris Cité se classe aussi dans les 100 meilleurs institutions mondiales (en 78e position). Ces quatre universités perdent toutes des places par rapport à l'édition 2021. 

Pour le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, « ces résultats confortent la politique d’investissement de l’État en recherche sur le temps long avec les programmes d’investissement de France 2030, des Initiatives d’excellence (Idex) et des Initiatives science innovation territoires économie (I-site). Les huit universités figurant dans le top 200 sont toutes labellisées Idex ou I-site. »

Des établissements en pointe dans certaines disciplines

Le classement thématique de Shanghai, publié le 19 juillet évalue lui les établissements sur leurs performances dans 54 disciplines. 85 établissements français apparaissent dans l'édition 2022, dont six dans le top 10 mondial dans une ou plusieurs disciplines.

L’Université Paris Saclay est première du palmarès dédié aux mathématiques. -
L’Université Paris Saclay est première du palmarès dédié aux mathématiques. -

L'Université Paris Saclay conserve la plus haute marche du podium en mathématiques, position qu’elle occupe depuis son entrée dans le palmarès en 2020. L'établissement est aussi 9e en physique. Sorbonne Université est présente dans trois top 10. Elle est 3e en mathématiques et en océanographie et 10e en sciences de la Terre. Outre ces établissements figurent aussi dans des top 10 :

  • l'Université PSL, 5e en écologie et 10e en physique ;
  • l'Insead, 6e en management et 8e en business administration ;
  • l'Université de Montpellier, 3e en écologie ;
  • et l'Université Toulouse 3 Paul Sabatier, 7e en télédétection.

2. Quatre Français dans le top 100 du palmarès QS 2023

Parmi les 1 500 institutions qui apparaissent dans l'édition 2023 du QS World University Ranking publiée le 8 juin, figurent 32 établissements français comme l’an dernier. Quatre d’entre eux se classent d’ailleurs dans le top 100 et gagnent des places par rapport à l'édition précédente :

  • l’Université PSL, 26e (+18 places) ;
  • l’Institut Polytechnique de Paris au 48e rang (+1) ;
  • Sorbonne Université en 60e position (+12) ;
  • et l’Université Paris-Saclay à la 69e place (+17).

« La France est l’un des pays où la collaboration internationale est la plus intense. En effet, deux des cinq meilleures universités au monde dans la catégorie recherche internationale sont françaises », commente Ben Sowter, vice-président senior de QS. Il s’agit de l’Université PSL et de Sorbonne Université.

3. Des écoles de management reconnues à l'étranger

Des écoles classées pour la qualité de leur formation initiale…

HEC ParisESCP Business School, Skema, Essec et Edhec. Tels sont les établissements en tête du classement  “pré-expérience” des meilleurs masters en finance, publié par le Financial Times le 12 juin. Cinq écoles françaises pour la troisième année consécutive donc ! 

Le palmarès 2022 compte en tout sept françaises sur les 55 établissements classés, soit deux écoles de moins par rapport à l’an passé. EMLyon Business School (15e en 2021) et Neoma (30e en 2021) sortent du classement cette année.

… et pour la formation continue

Les institutions françaises sont aussi reconnues pour la formation continue. Parmi les 194 programmes internationaux classés au sein du palmarès QS des Executive MBA 2022 publié le 23 juin, l’Executive MBA de HEC Paris est sur la deuxième marche du podium. Au total, 14 écoles de commerce françaises y figurent. Notamment ESCP Business School (24e), EMLyon (27e), Skema (39e) et l’Edhec (41e).

HEC figure sur le podium de plusieurs classements consacrés aux écoles de commerce. - ©  HEC
HEC figure sur le podium de plusieurs classements consacrés aux écoles de commerce. - ©  HEC

4. L’Université de Montpellier distinguée par le THE Impact

Le magazine Times Higher Education, qui publie plusieurs palmarès de référence, a lui lancé en 2019 le classement THE Impact ranking. Ce dernier présente les établissements œuvrant le plus en faveur des 17 objectifs de développement durable de l’ONU entrés en vigueur en 2016. Parmi les 1 406 institutions figurant dans cette quatrième édition publiée le 27 avril, 22 sont françaises.

L’Université de Montpellier est l'établissement français le mieux classé dans le THE Impact 2022. - ©  France Universités
L’Université de Montpellier est l'établissement français le mieux classé dans le THE Impact 2022. - ©  France Universités

L'établissement tricolore le mieux classé est l'Université de Montpellier située dans l’intervalle 101-200. Viennent ensuite dans l’intervalle 201-300 : Aix-Marseille Université, IMT Atlantique et Université PSL. À noter qu’EMLyon business school, IMT Nord Europe, Edhec business school, l’Université de Rennes 1 et l’Ensta Bretagne font leur entrée dans le classement cette année, tandis que l'École polytechnique en sort.

Quid du développement durable dans les classements ?

Plusieurs associations militent pour une plus grande intégration des enjeux de la transition écologique et sociale dans les classements. Pour ce faire, Impact Campus, The Shift Project, Pour un réveil écologique, Campus responsables, le  Réseau étudiant pour une société écologique et solidaire, l’association Enseignants de la transition et le Club Essec transition alumni ont publié en février des recommandations méthodologiques et thématique.

Le label DD&RS a organisé quant à lui, fin juin, une table ronde consacrée à l’intégration des enjeux de la transition écologique et sociétale dans les classements nationaux et internationaux.

5. Paris, huitième meilleure ville étudiante au monde

La capitale française est la huitième meilleure ville étudiante au monde selon le classement QS « Best student cities » 2023, publié le 29 juin. En tête du palmarès de 2014 à 2016, Paris a enregistré une baisse continue de son rang de 2017 à 2022, année où elle chute à 9e place.

« Paris est sujette au même déclin que la plupart des villes du classement de cette année - celui de l’accessibilité financière en baisse. Ce qui signifie que, souvent, une expérience étudiante exceptionnelle s’accompagne d’une part de considérations financières », analyse Ben Sowter, senior vice-president de QS.

À Paris, s’ajoutent trois autres métropoles françaises sur les 140 villes classées : Lyon (45e), Toulouse (78e) et Montpellier, qui fait son retour dans le palmarès cette année en 119e position.

Paris est la huitième meilleure ville étudiante au monde selon le classement QS « Best student cities » 2023. - ©  Walkerssk
Paris est la huitième meilleure ville étudiante au monde selon le classement QS « Best student cities » 2023. - ©  Walkerssk

6. Université Paris Cité récompensée pour ses publications

Avec 5 045 publications présentes parmi les 10 % les plus citées sur la période 2017-2020, Université Paris Cité (anciennement appelée Université de Paris) devance Sorbonne sur la première place du podium français du classement de Leiden. L'établissement se hisse au 32e rang mondial, soit sept places de plus par rapport 2021.

Publié le 22 juin, ce palmarès réalisé par l’institut de recherche CWTS aux Pays-Bas évalue les établissements en fonction de l’impact de leurs articles de recherche.

30 universités dans le classement de Leiden

30 établissements français figurent dans ce classement, un chiffre stable depuis deux ans. Au niveau national, Université Paris Cité est suivie par :

  • Sorbonne Université, 34e mondiale ;
  • l'Université Paris-Saclay, 64e du classement mondial ;
  • l'Université PSL, au 123e rang ;
  • et Aix-Marseille Université, à la 134e place mondiale.

La recherche publique attire moins les jeunes ingénieurs

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) figure en 14e position des employeurs préférés des diplômés ingénieurs et perd deux places par rapport à 2021. Le Centre national d'études spatiales se place 26e (+1 place), et le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives 32e (-3 places). 

AirbusThales et Google sont les entreprises les plus prisées des étudiants en école d’ingénieurs, selon les résultats de l’enquête menée par Universum et publiée le 15 avril. Côté école de management, il s’agit de LVMHHermès et Chanel.

Transférer cet article à un(e) ami(e)