Métiers
&
carrières

Le carnet de Campus Matin : 5 prises de postes à ne pas manquer en avril 2021

Par Marine Dessaux | le | Personnels et statuts

Comme chaque mois, retrouvez cinq personnalités du sup’ qui entament une nouvelle étape de leur chemin professionnel. En cette fin avril : deux directrices générales des services, un vice-président exécutif et deux présidentes de conférence et de réseau. Apprenez-en plus sur leur parcours et les enjeux de leur nomination !

Chaque mois, Campus Matin vous fait découvrir 5 personnalités du sup’ qui prennent leur fonction. - © Pxhere
Chaque mois, Campus Matin vous fait découvrir 5 personnalités du sup’ qui prennent leur fonction. - © Pxhere

Gaëlle Mourier Bouchon, Béatrice Meier-Muller, Simon Mercado, Florence Gelin et Alice Guilhon : ils et elles sont de nouveaux visages du sup’ ou des personnalités bien connues qui prennent de nouvelles responsabilités.

1. Gaëlle Mourier Bouchon devient présidente du Cirses

Actuelle responsable de la mission transformation écologique de l’Université de Nantes, Gaëlle Mourier Bouchon est élue présidente du Collectif pour l’intégration de la responsabilité sociétale et du développement durable dans l’enseignement supérieur (Cirses) lors de l’assemblée générale du 18 mars 2021. Gaëlle Mourier Bouchon succède à Armelle Carnet-Lebeurrier qui occupait cette fonction depuis janvier 2018.

Son parcours

Titulaire d’un master en droit de l’environnement et du développement durable de l’Université de Nantes, Gaëlle Mourier Bouchon commence à y travailler en 2008, comme chargée de projets développement durable. Elle est, à partir de 2014, en charge de la coordination de la démarche qualité et du développement durable, jusqu’en septembre 2020 où elle prend le poste de responsable de la mission transformation écologique.

Ses enjeux : accompagner la montée en puissance des sujets DD&RS engendrée par la crise sanitaire

Selon Cirses, la crise sanitaire a engendré « une forte montée en puissance des enjeux du développement durable et de la responsabilité sociétale (DD&RS) », poussant les « établissements de l’ESR à poursuivre et intensifier leur implication » sur ces sujets.

Ainsi, « afin d’accompagner et de soutenir ce mouvement au sein de ses membres, Cirses contribue activement à un certain nombre de travaux récents lancés à l'échelle nationale », indique-t-il.

2. Béatrice Meier-Muller est directrice générale des services à l’Université de Haute-Alsace

Béatrice Meier-Muller est attachée d’administration de l'État hors classe - © D.R.
Béatrice Meier-Muller est attachée d’administration de l'État hors classe - © D.R.

Le 1er avril, Béatrice Meier-Muller, attachée d’administration de l'État hors classe, est nommée directrice générale des services de l’Université de Haute-Alsace. Elle succède à Alexandre Hourcade, devenu directeur de l'éducation à la ville de Mulhouse, en janvier 2021.

Son parcours

Titulaire d’un master de l’IAE de Lille en management et sciences sociales, Béatrice Meier-Muller est directrice de la recherche de l’Université de Strasbourg entre 2007 et 2018. En février 2018, elle est nommée déléguée régionale à la recherche et la technologie (DDRT) adjointe en Grand Est auprès du préfet de région, et renouvelée dans ses fonctions en novembre 2020.

Elle occupe notamment l’intérim de DRRT entre novembre 2019 et avril 2020. En janvier 2021, avec le rattachement des DRRT aux rectorats de régions académiques, elle devient déléguée régionale académique adjointe à la recherche et à l’innovation en Grand Est.

Sur sa feuille de route : la qualité de vie au travail des Biatss

L’Université de Haute-Alsace compte un nouveau président, élu en en janvier 2021 : Pierre-Alain Muller. Sur sa feuille de route, il souligne l’importance de la qualité de vie au travail. Dans cette optique, il crée une vice-présidence transversale dédiée à cette thématique.

 « La pandémie a joué un rôle important dans cette réflexion et a posé beaucoup de questions sur nos manières de fonctionner. La communauté est en demande d’une amélioration, et nous pensons aussi que certaines procédures peuvent être simplifiées », confie Pierre-Alain Muller à News Tank [abonnés] en février 2021.

Un bien-être des équipes qui sera sans nul doute sur la feuille de route de Béatrice Meier-Muller.

3. Simon Mercado nommé vice-président exécutif et DGA chargé des relations corporate et extérieures d’ESCP

Simon Mercado intègre ESCP Business School en 2015 comme directeur du campus de Londres - © ESCP
Simon Mercado intègre ESCP Business School en 2015 comme directeur du campus de Londres - © ESCP

Le 7 avril 2021, Simon Mercado est nommé vice-président exécutif et directeur général adjoint chargé des relations corporate et extérieures d’ESCP Business School. Il succède, avec un périmètre élargi, à Bertrand Moingeon, décédé en octobre 2020 et qui était DGA en charge de l’Executive education.

Son parcours

Titulaire d’un PhD de Nottingham Trent University, Simon Mercado a été directeur du département de management stratégique et de business international, directeur des relations internationales puis professeur et doyen associé à la Nottingham Business School.

Il intègre ESCP Business School en 2015 en tant que professeur associé en management international et directeur du campus de Londres.

Ses enjeux : « Redimensionner notre offre dans le monde de l’après-Covid »

Simon Mercado aura pour mission de :

  • « diriger les relations de l'école avec le monde de l’entreprise et les partenaires institutionnels stratégiques tels que les organismes accréditeurs ;
  • et de développer et superviser en particulier la formation continue de l’école : programmes diplômants, non diplômants et sur mesure », détaille ESCP.

Pour Frank Bournois, directeur général de l'école, « Alors que nous préparons notre futur plan stratégique, l’expérience de Simon Mercado, tant en matière d’accréditations internationales que de business développement, nous aidera à redimensionner notre offre dans le monde de l’après-Covid qui se dessine ».

4. Florence Gelin devient directrice générale des services à l’Université Paris Dauphine-PSL

Florence Gelin assurait le poste de DGS par intérium depuis novembre 2020. - © D.R.
Florence Gelin assurait le poste de DGS par intérium depuis novembre 2020. - © D.R.

Directrice générale des services de l'Université Paris Dauphine-PSL par intérim depuis novembre 2020, Florence Gelin est nommée à ce poste le 16 avril 2021.

Elle succède à Nicolas Péjout qui a occupé ces fonctions de mai 2018 à novembre 2020, date de sa nomination au directoire d’EMLyon Business School, en tant que directeur de la stratégie et du développement.

Son parcours

Diplômée de l’Essec et attachée principale d’administration de l’État, Florence Gelin arrive à Paris Dauphine en 2008 comme adjointe à la DRH et responsable de l’accompagnement professionnel et de l’action sociale. En 2018, elle crée et dirige l'École interne PSL qui assure la formation collective de 13 établissements. En parallèle, elle devient directrice générale des services adjointe, en charge de PSL, de l’accompagnement professionnel et de la qualité de vie au travail. 

Ses enjeux : poursuivre les actions entamées et mettre en œuvre les priorités du nouveau président

Comme DGS par intérim, Florence Gelin :

  • encadrait les 14 directions et services de l’université ;
  • coordonnait sur le plan administratif et logistique le retour des étudiants sur site ;
  • suivait le projet « Nouveau Campus » de rénovation du campus Porte Dauphine ;
  • et pilotait le dialogue social.

Des actions qu’elle continuera à mener alors que cette nomination intervient « dans un contexte à forts enjeux », indique l’université, « avec les transformations liées à la crise sanitaire, le lancement des travaux Nouveau Campus de rénovation immobilière et les tensions sur les ressources propres ».

« La DGS devra dans ce cadre accompagner la mise en œuvre des priorités du président El Mouhoub Mouhoud, élu en décembre 2020, en matière notamment de simplification des processus administratifs, de responsabilité sociale et environnementale et de stratégie internationale. »

5. Alice Guilhon, présidente de la nouvelle conférence de représentation des écoles de management, la CDEFM

Alice Guilhon a été présidente du Chapitre des écoles de management de la Conférence des grandes écoles de mai 2018 à avril 2021. - © Lora Barra
Alice Guilhon a été présidente du Chapitre des écoles de management de la Conférence des grandes écoles de mai 2018 à avril 2021. - © Lora Barra

Alice Guilhon, directrice générale de Skema devient la première présidente de la nouvelle Conférence des directeurs d'écoles françaises de management (CDEFM), le 12 avril 2021.

La CDEFM

Créée le 25 mars, la conférence des directeurs d'écoles françaises de management rassemble les écoles Audencia, Edhec, ESCP, Essec, HEC Paris et Skema.

Comme la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (Cdefi), la CDEFM a pour vocation « de représenter ses membres auprès des principaux acteurs institutionnels et parties prenantes de l’ESR, en France comme à l’international », explique Alice Guilhon.

Jusqu'à présent, les 39 écoles de management disposaient d’une commission au sein de la Conférence des grandes écoles (CGE), via le Chapitre des écoles de management, présidé par Alice Guilhon. Mais ces dernières estiment que « leurs problématiques […] leur confèrent un caractère atypique dans l’ESR et imposent d'être abordées, débattues et portées sur la place publique dans un cadre qui leur est propre ».

Ses enjeux : être porte-parole et représenter les intérêts communs des écoles de management

La CDEFM indique vouloir :

  • être porte-parole des écoles auprès de l'État, de l’Union européenne, des associations d'étudiants et d’employeurs, des organismes d’accréditations nationaux et internationaux et des autres instances internationales compétentes en matière d’enseignement et de recherche ;
  • représenter les intérêts communs des établissements et écoles délivrant des diplômes de management reconnus par le Mesri.

Pour Alice Guilhon, « la création de cette conférence permet d'établir une équité de représentation et de gouvernance entre écoles de management et écoles d’ingénieurs. La CDEFM aura à cœur de représenter ses membres au-delà de nos frontières - le développement international étant une de leurs forces et caractéristiques communes ».

Transférer cet article à un(e) ami(e)