Métiers
&
carrières

Rémunérations, primes, allocation télétravail : ce qui change pour vous en 2023

Par Marine Dessaux | Le | Personnels et statuts

Au 1er janvier 2023, une série de mesures font évoluer les rémunérations dans l’enseignement supérieur et la recherche. Augmentation de certaines composantes du Ripec, modification du traitement minimal dans la fonction publique, alignement de la rémunération minimale des contrats doctoraux… Campus Matin liste les principaux changements.

Sont revalorisés en 2023 : le Smic, les contrats doctoraux, plusieurs primes… - © Nunny Rawpixel Ltd.
Sont revalorisés en 2023 : le Smic, les contrats doctoraux, plusieurs primes… - © Nunny Rawpixel Ltd.

Le Smic est fixé à 1 353 € net

Plusieurs revalorisations, prévues par la loi, prennent effet au début de l’année 2023. À commencer par le Smic qui passe à 1353,07 € net mensuel, soit 1 709,28 euros brut (+1,81 % par rapport à la dernière augmentation, effective au 1er août 2022).

Le gouvernement indique par ailleurs que le minimum de traitement dans la fonction publique est également relevé, à 1 712,06 € brut mensuel (correspondant à l’indice majoré 353).

3 500 € pour la composante liée au grade du Ripec

Le Ripec est constitué de trois composantes : lié au grade, à l’exercice de responsabilités particulières et à l’engagement professionnel. - © Adrien Coquet
Le Ripec est constitué de trois composantes : lié au grade, à l’exercice de responsabilités particulières et à l’engagement professionnel. - © Adrien Coquet

Le nouveau régime indemnitaire unifié à destination des enseignants-chercheurs, personnels assimilés et des chercheurs, aussi appelé Ripec, en vigueur depuis le 1er janvier 2022 voit le montant annuel d’une de ses composantes augmenter via un arrêté du 27 décembre 2022

C’est la composante liée au grade, part statutaire ou C1, qui évolue et passe pour l’ensemble des personnels concernés à 3 500 €, contre 2 800€ précédemment (+25 %).

Selon le ministère de l’ESR, d’ici à 2027, la composante indemnitaire sera progressivement revalorisée pour atteindre 6 400€ par an.

La PESR en augmentation de plus +100€ jusqu'à +301€

Les taux annuels de la prime d’enseignement supérieur et de recherche (PESR), découlant du Ségur de la santé des membres du personnel titulaire enseignant et hospitalier des centres hospitaliers régionaux et universitaires, sont fixés à :

  • 338 € pour le taux minimum (+100€) ;
  • 677 € pour le taux intermédiaire (+201€) ;
  • et 1 015 € pour le taux maximum (+301€).

Quant à la PESR des enseignants des universités titulaires de médecine générale, elle passe de 714 € à 1015 € (+ 42 %).

Les contrats doctoraux alignés à 2 044€ brut minimum

La rémunération minimale des doctorants a été lissée afin d'éviter « un sentiment d’iniquité », dit Sylvie Retailleau. - © D.R.
La rémunération minimale des doctorants a été lissée afin d'éviter « un sentiment d’iniquité », dit Sylvie Retailleau. - © D.R.

Comme l’avait annoncé Sylvie Retailleau, ministre de l’ESR, lors d’une audition à l’Assemblée nationale le 2 novembre 2022, la revalorisation des contrats doctoraux prévue par la Loi de programmation de la recherche à compter du 1er septembre 2022, est étendue à l’ensemble des contrats en cours. Une décision entérinée dans la loi via un arrêté du 26 décembre 2022.

Jusqu’alors, l’augmentation de la rémunération minimale prévue par pallier de 2021 à 2023 ne bénéficiait qu’aux nouveaux signataires de contrats de thèse. Selon le début de leur contrat, les doctorants avaient trois niveaux de revenus différents. 

Cette hausse prend en compte la revalorisation de 3,5 % du point d’indice effective en juillet 2022. Ainsi, depuis le 1er janvier 2023, tous les doctorants contractuels touchent au moins 2 044,12 € brut mensuel.

+15 % pour l’allocation forfaitaire de télétravail journalière

Compte tenu de l’augmentation du coût de l'énergie, le montant de l’allocation forfaitaire de télétravail au bénéfice des agents publics et des magistrats, appelée « forfait télétravail », passe à 2,88 € par journée de télétravail effectuée, dans la limite de 253,44 € par an. Contre 2,50 € par jour dans la limite annuelle à 250 €, soit une hausse de 15,2 %.  Un nouveau montant fixé par un arrêté du 23 novembre 2022.

Transférer cet article à un(e) ami(e)