Numérique

EdTech France : un adhérent de la première heure comme VP pour rapprocher start-up et ESR

Par Isabelle Cormaty | Le | Edtechs

Entrepreneur dans le secteur de l'éducation depuis quinze ans, Jean-Marie Cognet a été nommé vice-président enseignement supérieur d’EdTech France fin octobre. Le CEO et cofondateur de l'éditeur vidéo Ubicast entend tisser des liens entre entreprises du numérique et acteurs de l’ESR. Rencontre.

Jean-Marie Cognet est le nouveau vice-président enseignement supérieur d’EdTech France. - © D.R.
Jean-Marie Cognet est le nouveau vice-président enseignement supérieur d’EdTech France. - © D.R.

L’association qui fédère et représente 450 entreprises du secteur des technologies pour l'éducation, EdTech France, a renouvelé ses instances de gouvernance en octobre dernier. Yannig Raffenel, qui occupait depuis 2020 la coprésidence de l’association aux côtés de Mélanie Viénot a été renouvelé pour un mandat de deux ans.

Quatre entrepreneurs ou employés de l'écosystème ont également intégré le conseil d’administration. Parmi eux figure Jean-Marie Cognet, le CEO et cofondateur de l'éditeur de plateforme vidéo, Ubicast, qui occupe désormais la vice-présidence enseignement supérieur de l’association. Pourquoi s’engage-t-il auprès d’Edtech France et quels sont ses projets pour le réseau d’entrepreneurs ? Il s’est confié à Campus Matin. 

« Apporter à l’association autant qu’elle m’apporte »

Membre d’EdTech France depuis la première heure

Diplômé de l'École supérieure des sciences commerciales d’Angers (Essca Angers) en 2006, Jean-Marie Cognet a réalisé toute sa carrière ou presque dans le secteur de l'éducation ! « J’ai travaillé pendant un an dans une société de conseil en management. À la fin de l’année 2007, un ami du lycée m’a demandé de rejoindre l’aventure Ubicast. Au début, j’ai fait cela en plus de mon autre emploi, puis en 2008, j’ai démissionné pour devenir le premier commercial de l’entreprise », raconte le CEO de la edtech. 

Ubicast, qui automatise la création et la diffusion de contenus vidéos dédiés à l’apprentissage, compte maintenant 25 salariés et 130 établissements du supérieur parmi ses clients. Jean-Marie Cognet a ainsi pu observer l'émergence de l'écosystème edtech ces dernières années : 

« Il y a 15 ans, le mot edtech n’existait pas et nous nous sentions un peu seul. En 2017, quand une poignée d’entrepreneurs s’est regroupée en collectif, j’ai tout de suite signé leur manifeste, car je ressentais le besoin pour les établissements d’avoir des interlocuteurs identifiés. Les entreprises edtechs avaient aussi besoin d'être représentées. »

« J’ai envie d’apporter à l’association au moins autant qu’elle m’apporte !, s’enthousiasme Jean-Marie Cognet, adhérent de la première heure. EdTech France donne beaucoup de visibilité aux entreprises du secteur. En tant qu’entrepreneur, je peux aussi échanger via le réseau avec des personnes qui ont les mêmes problématiques que moi sur le marché de l’enseignement supérieur et la recherche ou sur des questions très concrètes comme la structuration de son entreprise, la gestion de sa trésorerie… »

Un réseau d’entrepreneurs qui n’ont « pas de temps à perdre »

Au sein du conseil d’administration d’EdTech France, Jean-Marie Cognet est désormais vice-président (VP) enseignement supérieur. Il va donc représenter et aider la centaine de membres de l’association présents sur ce segment. 

« Je veux mettre mon réseau au service de l’association. Le précédent bureau a structuré l’activité. Il faut maintenant qu’on accélère les choses et que les actions mises en place portent concrètement leurs fruits. EdTech France est une association d’entrepreneurs, donc nous n’avons pas de temps à perdre », explique l’entrepreneur.

Rapprocher Edtech France des réseaux professionnels

Les membres du conseil d’administration d’Edtech France ont été élus le 11 octobre pour deux ans. - © D.R.
Les membres du conseil d’administration d’Edtech France ont été élus le 11 octobre pour deux ans. - © D.R.

Jean-Marie Cognet porte notamment une proposition, celle de rapprocher l’association des réseaux professionnels de l’enseignement supérieur comme l’Association nationale des services TICE et audiovisuels (Anstia).

« L’enseignement supérieur et les edtechs sont deux mondes qui ont du mal à discuter ensemble. Pourtant, en 15 ans dans l'écosystème, j’ai vu comment les établissements peuvent travailler avec des entreprises dans une logique de coconstruction », assure le cofondateur d’Ubicast.

« J’aimerais organiser des temps de rencontre entre les membres d’EdTech France et les personnels des établissements avec des interventions de grands témoins, pour qu’un vice-président numérique ou un directeur des systèmes d’informations vienne expliquer aux entreprises son métier », ajoute-t-il.

Le vice-président ESR de l’association souhaite également mener en 2023 une enquête sur les attentes des étudiants en matière de numérique.

La composition du nouveau bureau d’EdTech France

Outre Jean-Marie Cognet, l’association EdTech France a désigné sept vice-présidents, dont les périmètres couvrent l’ensemble des champs et enjeux de la filière. Il s’agit de :

• Deborah Elalouf, VP éducation et écosystèmes publics ;
• Aude Guéneau, VP éducation et financements privés ;
• Antoine Amiel, VP écosystème formation et relations partenaires ;
• Margaux François, VP RH et futur du travail ;
• Homéric De Sarthe, VP écosystèmes edtechs internationaux ;
• Justine Abecassis, VP certification et financement ;
• et Sonia Levy, VP formation et réglementation publique.

Transférer cet article à un(e) ami(e)