Numérique

[Vidéo] L’Atelier des Chefs : « Nous allons évoluer vers la formation aux métiers essentiels »

Par Marine Dessaux | le | Pédagogie

En plus d'être directeur général adjoint de Grenoble École de Management, Jean-François Fiorina est un blogueur passionné d’actualité… et un intervieweur pour Campus Matin !

Ce mois-ci, il rencontre virtuellement François Bergerault, co-fondateur de l’Atelier des Chefs et vice-président du réseau français de dirigeants de petites et moyennes entreprises, Croissance Plus. L’entrepreneur en dit plus sur les projets du centre de formation à distance, qui veut former aux métiers en souffrance.

 [Vidéo] L’Atelier des Chefs : « Nous allons évoluer vers la formation aux métiers essentiels »
[Vidéo] L’Atelier des Chefs : « Nous allons évoluer vers la formation aux métiers essentiels »

Un acteur du sup’ qui interroge un expert : voici le concept des entretiens vidéos réalisés par Jean-François Fiorina pour Campus Matin. Pour cette septième édition, François Bergerault explique comment l’Atelier des chefs, qui organisait à l’origine des cours de cuisine pour les particuliers, a étendu ses activités à la formation à distance, auprès des particuliers, des entreprises, mais aussi des centres de formation d’apprentis.

La société qui a éprouvé et validé son concept pour les métiers pratiques de la cuisine (boulangerie, pâtisserie, etc.), se lance dès septembre dans la formation aux métiers dits essentiels et qui manquent de personnels.

Elle s’apprête à ouvrir les formations assistance de vie en famille et diététique qui devraient être suivies de mécanique et plomberie.

1. L’atelier des Chefs en bref

Crée en 2004, ce n’est qu’en 2008 que l’Atelier des Chefs devient un centre de formation professionnelle. Il propose des formations au CAP ou délivrant un titre professionnel.

2. Une formation pratique à distance

La cuisine ne s’apprend qu’en formation présentielle ? Ce n’est pas le pari de l’Atelier des Chefs qui estime que tout peut être appris par le digital… sauf l’assaisonnement ! « Mais pour cela, les quantités sont indiquées dans les recettes », précise François Bergerault.

Quid du synchrone ou de l’asynchrone ? Retrouvez l’explication du co-fondateur de la société dans cette seconde vidéo.

3. Partenariat avec les CFA : quelles attentes, quelle organisation ?

« Les CFA se sont rendu compte qu’il est aujourd’hui plus facile de faire passer de la théorie par des techniques digitales », indique François Bergerault pour expliquer la collaboration de l’Atelier des Chefs avec les centres de formation d’apprentis.

Ainsi, afin de maximiser le temps de présence en entreprise, la formation digitale permet :

  • de rendre la théorie accessible à tout moment via un téléphone ;
  • d'être facilement en contact avec les camarades et les professeurs pour avoir des retours sur leurs interrogations ;
  • libérer des espaces de cours théoriques pour en faire des laboratoires de pratique.

4. « Glamouriser » les métiers en souffrance

C’est l’actualité de l’Atelier des Chefs : le centre de formation élargit son spectre en s’intéressant désormais de près aux métiers où la demande est forte et les candidats se font rares. Il s’agira toujours de former à des métiers qui nécessitent une part de pratique : la coiffure, l’assistance de vie, la mécanique, etc.

« Nous allons évoluer vers la formation aux métiers essentiels qui résonne avec une volonté actuelle de notre population en recherche de sens et de terrain », explique celui qui est également vice-président de Croissance Plus.

5. De nouvelles levées de fonds en perspective

1890€ : c’est le coût d’un cours complet menant au CAP sur l’Atelier des Chefs, qui est accessible 2 ans. Le prix augmente si on opte pour une formation mixte (par exemple cuisine + pâtisserie), une possibilité qui permettra d’ajouter une autre dimension aux métiers comme l’assistance de vie, avec une spécialisation coiffure par exemple.

François Bergerault revient également sur les levées de fonds précédentes de la société, et celle à venir, dans la vidéo ci-dessous. 

6. La question de l’interviewé

« Est-ce que vous voyez réellement un changement majeur chez les jeunes, d’une logique de sens, de retour à l’essentiel ? », interroge François Bergerault. Car comme à son habitude, Jean-François Fiorina laisse la dernière question à l’interviewé. Découvrez sa réponse :

Transférer cet article à un(e) ami(e)