Technos

Covid-19 : le Pôle Léonard de Vinci assure les cours en synchrone et asynchrone

Par Marc Guiraud | le |  Digital learning

80 % des cours sont dispensés en ligne par 180 enseignants et enseignants-chercheurs et plus de 700 vacataires pour les 6 500 étudiants des trois écoles (EMLV, ESILV et IIM) du Pôle Léonard de Vinci depuis le 16 mars 2020. Les 20 % de cours restant seront en ligne dans les deux semaines qui viennent.

Comment s’est opérée cette bascule ? Réponses de Philippe Wagner, directeur des programmes et des études de l’EMLV (Ecole de management Léonard de Vinci).

Covid-19 : le Pôle Léonard de Vinci assure les cours en synchrone et asynchrone
Covid-19 : le Pôle Léonard de Vinci assure les cours en synchrone et asynchrone

Comment s’explique votre bascule vers l’enseignement à distance ?

Nous avons pu basculer immédiatement parce que cela fait deux ans que nous nous entraînons aux outils pédagogiques en ligne. Les grèves de décembre ont aussi été l’occasion d’une ‘répétition digitale’ pour une bonne partie des cours. Cela a facilité la vie des profs et des étudiants, qui ont pu mesurer tout l’intérêt de notre dispositif en ligne.

Quels sont les outils utilisés par le Pôle Léonard de Vinci ?

Au centre de notre dispositif, il y a un notre LMS (Learning management system), l’outil canadien Brightspace, que nous avons baptisé DVOL (De Vinci On Line). Il remplace depuis deux ans Moodle, qui remplaçait lui-même Blackboard. Nous étions au bout de ce que nous savions faire avec Moodle. Chaque système présente ses avantages et ses inconvénients. Nous avons donc procédé à une revue des outils du marché et choisi Brightspace. 

Les étudiants peuvent y déposer leurs devoirs

DVOL, c’est pour les cours asynchrones. Chaque cours a son espace : l’enseignant peut y déposer le contenu du cours, des documents pour les étudiants, un lien vers le cours en ligne fait via Zoom qu’il soit en direct ou en replay. Les étudiants peuvent aussi y déposer leurs devoirs, leurs rapports de stage ou mémoires de recherche.

A côté de DVOL, notre service informatique a développé un portail de la pédagogie où les étudiants retrouvent leurs notes, demandes de conventions de stage, etc.

dvol
dvol

L’autre outil que nous utilisons, c’est Zoom, pour les cours synchrones, en vidéo, interactifs, avec un grand nombre d’étudiants. Ils voient et entendent le professeur, qui peut aussi afficher des présentations, montrer des logiciels, écrire des formules mathématiques sur un tableau blanc…

Quant à Teams, nous l’utilisons pour réunir de petites équipes d’étudiants qui travaillent sur un projet et qui permet une interaction avec le professeur qui assure le tutorat.

Comment sélectionner les candidats ?

Après l’annonce des annulations des épreuves écrites des concours SESAME (pour l’EMLV) et AVENIR (pour l’ESILV), la sélection des candidats pour la rentrée de septembre 2020, se fera sur étude approfondie des dossiers disponibles sur Parcoursup.

Le maintien des oraux est encore en discussion entre certaines banques de concours et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Les épreuves orales, pour intégrer les écoles du pôle Léonard de Vinci en admission parallèle, sont maintenues en distanciel pour les 3 écoles ainsi que les entretiens d’admission en 1ère année de l’IIM.

Comment avez-vous favorisé l’adoption du digital au sein du Pôle ?

tirer le meilleur parti du digital, sans en faire un dogme

Il faut convaincre à la fois les enseignants et les étudiants. Pour cela, j’ai porté l’idée de la nécessité de tirer le meilleur parti du digital, sans en faire un dogme, sans vouloir passer au tout digital.

Si nous avons pu basculer immédiatement quand le campus a dû être fermé pour cause de Covid-19, c’est grâce au travail de conduite du changement mené en direction des profs et des étudiants depuis plusieurs années.

Nous avons pris le parti de faire tester le digital aux enseignants qui étaient curieux et qui en avaient envie. Ils ont été nos ambassadeurs auprès de ceux qui étaient réticents. Nous avons aussi fait tester par les étudiants. Quand nous avions la preuve d’un dispositif qui fonctionnait bien, on pouvait l’étendre, dans une juste proportion, pas forcément le généraliser tout de suite. Nous ne sommes jamais passés en force.

Le but, c’est que ça plaise tellement aux les étudiants qu’ils le demandent eux-mêmes aux professeurs.

Quel est le frein principal chez les enseignants ?

Le frein principal, c’est la nouveauté pédagogique que représente le digital.

des formations, des tutos et de l’accompagnement

Les enseignants savent très bien animer une salle de classe en physique. A distance, c’est différent. Cela sa suppose de revoir son cours. On ne peut pas prendre un cours qui fonctionne bien en classe et le dispenser tel quel en digital. Il y a tout un travail de re-préparation du cours. On peut parler de réingénierie pédagogique. Raison pour laquelle nous avons mis à disposition des professeurs des formations, des tutos et de l’accompagnement.

Par exemple, gérer un cours avec 450 étudiants en ligne, ce n’est pas comme les avoir en face de soi dans un amphi. On sent moins l’ambiance, si l’attention des étudiants est bonne ou s’ils décrochent, les interactions ne sont pas les mêmes. Pour que ça ne parte pas dans tous les sens, il faut sans cesse maintenir leur attention. Pour cela, un cours de 90 minutes devra être découpé en tranches de 10/15 minutes, intercalées par une vidéo, un sondage en direct…

L’organisation

Chaque direction des programmes et des études de chacune des trois écoles du Pôle travaille en lien avec le service Pédagogies digitales et de l’Innovation pédagogique, qui compte 4 personnes (2 ingénieurs pédagogiques, un technicien audiovisuel et une personne en charge des ressources pédagogiques en ligne comme Scholarvox, etc) ainsi qu’un directeur en cours de recrutement.

Il y a aussi un service informatique qui développe et gère le portail et un autre qui gère les serveurs et la bureautique.

Les 3 services travaillent ensemble pour la mise en œuvre des cours en ligne via Zoom et Brightspace (DVOL).

Transférer cet article à un(e) ami(e)