Vie des campus

Les 5 innovations digitales pour la collecte de fonds qu’il ne fallait pas rater en 2020

Par Isabelle Cormaty | le | Relations extérieures

Levées de fonds, organisation de galas de charité en ligne, financement de bourses pour les étudiants. En 2020, les moyens de lever des fonds dans l’enseignement supérieur ont été bouleversés, mais ont perduré sous d’autres formes. Voici les cinq innovations offertes par le numérique et qu’il ne fallait pas rater en 2020.

En 2020, les moyens de lever des fonds dans l’enseignement supérieur ont été bouleversés. -
En 2020, les moyens de lever des fonds dans l’enseignement supérieur ont été bouleversés. -

Alexandre Ayad, éditeur de l’application de collecte de fonds en ligne GiveXpert revient sur cinq innovations digitales du secteur l’an passé à l’occasion d’un atelier en ligne organisé par l’Association française des fundraisers (AFF) le 16 mars lors de la 15e Conférence de fundraising pour l’ESR.

1. Mettre en place des levées de fonds pour soutenir les étudiants

Fortement mobilisées au moment du premier confinement, les fondations ont lancé des levées de fonds pour soutenir leurs étudiants en difficulté avec des bourses, des aides alimentaires ou en équipement informatique.  

« L’ENS Paris Saclay a collecté des fonds pour soutenir ses étudiants étrangers en situation de précarité et pour soutenir un laboratoire qui souhaitait améliorer les tests PCR », note ainsi Alexandre Ayad.

2. Offrir un accompagnement professionnel à distance

D’autres établissements ont préféré accompagner leurs anciens étudiants pendant la crise sanitaire en leur proposant des séances de coaching à tarif préférentiel.

Essec Alumni s’est par exemple appuyé sur la start-up Chance, développée par plusieurs anciens élèves pour proposer un parcours de 12 semaines de coaching comprenant un bilan de compétences, l’identification de leurs centres d’intérêt, de ses motivations… 

3. Organiser des événements à distance ou en hybride

Le remise de diplômes ou de bourses et les soirées de gala peuvent se dérouler en ligne ou en hybride. 

Pratique peu répandue en France, certaines associations n’hésitent pas à faire payer des billets d’entrée pour des soirées en visioconférence outre-Atlantique. Alexandre Ayad cite notamment le cas de l’ONG américaine Surgeons of Hop qui a vendu des places pour un gala de charité en ligne. Pendant la soirée, les participants ont reçu à leur domicile un repas préparé par un restaurant, joué à la loterie, assisté à des spectacles et des animations… 

Le spécialiste de la collecte de fonds en ligne rappelle par ailleurs quelques bonnes pratiques pour l’utilisation de la visioconférence : 

  • planifier suffisamment à l’avance la prise de rendez-vous ;
  • avoir un retroplanning pour les inscriptions, ajouter l’inscription au calendrier des participants, envoyer des rappels une heure avant la réunion ;
  • enregistrer l'événement et proposer des replays.

Des pratiques qui évoluent à la Fondation de Polytechnique

Avant la crise sanitaire, la fondation de la prestigieuse école d’ingénieurs Polytechnique (IP Paris) organisait des masterclass dans le centre de Paris et au siège de l'école à Palaiseau. L’objectif : favoriser la rencontre entre les enseignants-chercheurs et les alumni.

« Le format fonctionnait plutôt bien. On parvenait difficilement à dépasser les 30 à 40 participants par session mais cela permettait de bons échanges, témoigne Thomas Mulhault directeur de campagne de la fondation de l’École polytechnique. Nous avons poursuivi ces sessions par Zoom, le nombre de participants a triplé jusqu’à attendre 120 voire 150 participants. »

Thomas Mulhault a constaté une plus grande diversité géographique des participants car l'événement en ligne est ainsi accessible aux non-Parisiens. « Par la suite, nous souhaiterions poursuivre dans un format hybride avec du broadcast », ajoute-il.

4. Monter un « class gift online »

Avec un principe similaire aux campagnes de levées de fonds classiques, HEC Alumni, l'équipe MBA Afterwork, la Fondation HEC, et le programme HEC MBA ont organisé une levée de fonds d’un mois en octobre dernier auprès des diplômés MBA à l’occasion du Giving Month.

135 donateurs ont participé à l’opération. Les 82 000€ collectés sur le mois vont ainsi financer des bourses d’excellence pour les étudiants du MBA.

5. Impliquer les élèves avec des objets connectés

Dans le cadre d’un projet pédagogique, l'école de commerce Neoma a utilisé des objets connectés grâce à la NFC (Near Field Communication), une technologie de communication sans contact.

Les étudiants ont ainsi pu inciter le grand public à voter pour leur projet en présentant leur bracelet connecté. En scannant l’objet sur leur smartphone, les votants sont redirigés vers une page et n’ont plus qu'à cliquer pour le projet qu’ils veulent soutenir. 

La collecte de fonds en ligne, un marché mature

« Nous avons un contexte très favorable au digital », explique Alexandre Ayad en citant plusieurs indicateurs.

« La collecte de dons est ligne est mature comme le montre l’explosion du e-commerce au cours de l’année 2020. C’est un signe e la capacité à donner en ligne via la carte bancaire. Le télétravail s’est également beaucoup développé, cela rend les internautes plus accessibles. Le taux d’ouverture des emailings est en augmentation au cours de l’année 2020 », explique-t-il.

Transférer cet article à un(e) ami(e)