Métiers
&
carrières

Olivier Aptel : des écoles françaises au Maroc, l’international est son fil d’ariane

Par Isabelle Cormaty | le | Management

Après 25 ans au sein des écoles de management françaises dont dix ans à la tête de Rennes School of Business, Olivier Aptel s’est tourné vers l’enseignement supérieur marocain en se fixant un objectif : faire de Rabat Business School la première business school d’Afrique.

L'école qu’il dirige depuis trois ans a obtenu l’accréditation AACSB pour la première fois en novembre dernier. Rencontre avec ce Champenois d’origine porté vers l’international.

Rabat Business School dirigée par Olivier Aptel a décroché l’accréditation AACSB pour cinq ans. - © Rabat Business school
Rabat Business School dirigée par Olivier Aptel a décroché l’accréditation AACSB pour cinq ans. - © Rabat Business school

Premier défi de taille réussi pour Olivier Aptel au sein de Rabat Business School au Maroc ! Le 20 novembre dernier, l'école dont il est directeur général depuis 2017 a obtenu la prestigieuse accréditation AACSB pour une durée de cinq ans. L’occasion pour lui de se rappeler à ses collègues français, quatre ans après son départ de l’hexagone. 

L’international, le fil rouge de sa carrière

De professeur à directeur

Olivier Aptel dirige depuis 2017 Rabat Business School.
Olivier Aptel dirige depuis 2017 Rabat Business School. - © D.R.

International, tel est le maître-mot qui pourrait résumer toute la vie professionnelle d’Olivier Aptel. Très tôt, la Champenois d’origine développe des compétences en management avec un goût prononcé pour l’international.

« J’ai commencé ma carrière à une époque où les business school passaient du stade d'écoles de commerce régionales à des écoles aux standards internationaux », analyse-t-il.

De « simple » professeur en sciences de gestion à Reims Management School, Olivier Aptel gravit petit à petit les échelons. Il devient directeur des études au Centre d'études supérieures européennes de management de cette école. Puis il entreprend une thèse, avec toujours un lien vers l’international. « J’ai bénéficié d’une bourse de la Fnege pour finir mon doctorat aux Etats-Unis », précise-t-il.

Recruté ensuite à Audencia à Nantes, il occupe plusieurs fonctions successives : il travaille sur les accréditations, prend en charge le développement international, devient vice-doyen et directeur général.

11 ans à Rennes Business School

Directeur général de Rennes School of Business de 2006 à 2017, Olivier Aptel contribue à développer l'école désormais classée dans le top 15 des meilleures écoles de commerce dans les principaux classements. Des progrès concrétisés notamment par la triple accréditation (AACSB, Amba et Equis).

Toujours convaincu par l’international, le dirigeant signe notamment de nombreux partenariats avec des écoles étrangères, plutôt que d’installer des campus à l'étrangers, et met en place des programmes 100 % en anglais. 

« Quand je suis parti de l'école, nous avions 4500 étudiants et 90 % de professeurs internationaux », se félicite-t-il.

Un départ pour le Maroc pour se lancer un nouveau défi

S’expatrier pour se réinventer…

Après 25 ans de carrière en France, Olivier Aptel quitte finalement la France en 2017 pour se lancer dans une nouvelle aventure.

« Je n’avais pas la motivation de recommencer dans une autre ville de France ce que j’avais fait en Bretagne. J’avais porté Rennes Business School à un niveau satisfaisant. J’y suis resté 11 ans, c’est très long…, confie-t-il. 

J’avais envie de sortir de ma zone de confort, de me confronter à autre chose et de sortir du prisme franco-français ».

Il y a trois ans, le Français s’installe donc au Maroc, un pays proche de la France et au cadre de vie agréable. « Je connaissais un peu le pays car j’avais contribué à y installer des formations, ajoute-t-il. Il y avait un besoin, une opportunité, ça avait du sens d’aller là-bas ».

… tout en restant dans l’univers des écoles de management

Directeur général de Rabat Business School depuis la rentrée 2017, Olivier Aptel met son expertise et ses connaissances au service du développement de la jeune école de management créée en 2010 et intégrée à l’Université internationale de Rabat.

« Le contexte économique, politique, culturel sont différents au Maroc, mais les fondamentaux des business schools sont les mêmes : la qualité du corps professoral, la capacité à attirer les étudiants étrangers et à faire de la recherche », énumère-t-il.

« Faire de Rabat Business School la première business school d’Afrique »

L’accréditation AACSB, une première reconnaissance internationale

« L’objectif est de faire de Rabat Business School le leader de l'éducation au management en Afrique, résume Olivier Aptel. Il y a beaucoup de business school en Afrique mais peu sont accréditées aux standards internationaux. Le développement économique du continent nécessite des écoles aux normes internationales. »

Étape importante dans la réalisation de cet objectif, le 20 novembre dernier, l’Association to Advance Collegiate Schools of Business (AACSB) a accrédité l'école de management marocaine pour une durée de cinq ans. Rabat Business School devient ainsi la 7e du continent africain et la seconde école marocaine à obtenir cette prestigieuse accréditation américaine reconnue mondialement.

Preuve du travail réalisé depuis trois ans par le directeur général, le journal Jeune Afrique a également classé l'établissement en tête de son classement des écoles de commerce d’Afrique du Nord en décembre dernier. 

Structurer la business school et augmenter ses effectifs

Autre axe de développement, corollaire de la mise aux standards internationaux, la structuration de la business school qui s’est installée dans un nouveau bâtiment de 12 000 m2 en décembre 2019 sur le campus de l’Université internationale de Rabat. 

« L’accréditation AACSB va nous donner de l’attractivité pour recruter des enseignants et des chercheurs », ajoute-t-il. Dans un premier temps, nous mettons aux normes la business school avant de la développer. Nous aimerions nous installer à court-terme à Marrakech et à Tanger."

Son directeur Olivier Aptel espère également augmenter les effectifs de l'école en doublant le nombre d'étudiants, actuellement de 1600. Autant de projets entamés qui occuperont le Français encore quelques années…

Transférer cet article à un(e) ami(e)