Vie des campus

De CPU à France Universités  : nouveau nom, nouveau message

Par Marine Dessaux | le | Relations extérieures

Ne l’appelez plus la Conférence des présidents d’université, mais France Universités. Un nouveau nom qui marque une rupture après 50 années d’existence de l’association et qui répond à plusieurs objectifs qu’expliquent à Campus Matin ceux qui ont mené le projet à bien.

La CPU devient France Universités, une décision qui montre une envie de changement. - © D.R.
La CPU devient France Universités, une décision qui montre une envie de changement. - © D.R.

Alors que la mode est aux noms toujours plus courts, la Conférence des présidents d’université a fait le choix inverse. De l’acronyme CPU largement utilisé dans le jargon professionnel, elle est devenue France Universités en toutes lettres et avec un «  s  », s’il vous plait  !  

Un changement de nom d’usage annoncé lors du très médiatique congrès des 50 ans de la CPU, qui s’est tenu le 13 janvier 2022. Un événement qui aura retenu l’attention, notamment pour le discours du Président de la République, Emmanuel Macron, dressant le bilan de son mandat et esquissant ce qui ressemblait à un programme électoral - bien qu’il n’ait pas, alors, annoncé sa candidature à la présidentielle. 

Pour Campus Matin, Virginie Dupont, vice-présidente de France Universités, Johanne Ferry-Dély, directrice de la communication, et Jérémie Fesson, directeur de création de l’agence de design de marque, Graphéine, racontent cette prise de décision.

Une réflexion express  ! 

«  Cela fait un an que la question du changement de nom se posait, mais nous avons commencé à y travailler concrètement en octobre 2021  », raconte Virginie Dupont, vice-présidente de France Universités.  

Le choix, validé par le conseil d’administration de France Universités puis en plénière, est «  quasiment voté à l’unanimité  », rapporte Johanne Ferry-Dély. Les alternatives imaginées ne sont pas clivantes  : entre ‘Universités de France’, ‘Universités France’ et ‘France Universités’ tout était dans la nuance  ! 

Johanne Ferry-Dély directrice de la communication de France Universités - © CPU
Johanne Ferry-Dély directrice de la communication de France Universités - © CPU

«  Il fallait que le nouveau nom ne puisse pas être confondu avec celui d’une université, d’où l’utilisation du pluriel, et qu’il puisse parler au plus grand nombre, ce qui excluait les acronymes. Ces préoccupations sont propres à la création d’un nom de marque, avec toute la subtilité que cela implique et qui permet d’être distinctif », expose Jérémie Fesson. 

Une proposition qui s’est imposée de façon «  très fluide et consensuelle pour les équipes de la communication et du bureau », souligne Virginie Dupont.  

«  France Universités s’inscrit dans la continuité de nombreux changements de noms de nos membres comme La Rochelle Université, Le Mans Université, etc. C’était une notion de marque à laquelle beaucoup avaient déjà adhéré », estime par ailleurs Virginie Dupont. 

Un timing serré… 

Actuel logo de la France Universités - © D.R.
Actuel logo de la France Universités - © D.R.

Le délai est serré pour accompagner et créer la charte graphique, une mission confiée à l’agence de communication dédiée au design de marque et d’identité visuelle, Graphéine. « Nous avons commencé à travailler fin 2021 pour un dévoilement le 13 janvier 2022, lors du congrès des 50 ans de la CPU », indique Jérémie Fesson, CEO et directeur de la création de Graphéine, qui avait déjà imaginé le précédent logo de la CPU, en 2015.  

Une annonce faite à un moment stratégique à plusieurs niveaux  : «  Le congrès du 13 janvier dernier a été le point culminant des manifestations de nos 50 ans, une occasion parfaite pour révéler le changement de nom et pour présenter de nouveaux enjeux et de nouveaux objectifs dans la continuité de ce qui a été fait auparavant. C’est aussi à cette occasion que nous avons adressé nos propositions pour la présidentielle. Il s’agit d’un événement qui a bénéficié d’une grande visibilité, avec la présence de nos partenaires économiques et politiques ainsi que les médias. L'évènement a également été diffusé à distance », explique Virginie Dupont. 

«  C’était un moment très solennel, qui a fait partie des moments phares de cette journée de congrès, se souvient Johanne Ferry-Dély, directrice de la communication de France Universités. Le public présent dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne nous a permis de mesurer instantanément l’accueil très positif de ce changement. »

Des enjeux de visibilité et d’égalité femme-homme 

Ne plus parler des présidents en omettant les présidentes 

«  Avec l’ancien nom, on ne parlait pas des présidentes d’université qui sont en nombre croissant alors qu’on incite les femmes à oser prendre des responsabilités. Dès lors, il fallait rendre de compte de cette féminisation, un nom plus inclusif s’imposait  », dit Virginie Dupont. 

Le choix est finalement fait d’enlever complètement le mot de président  : «  Cela permet de parler plus largement à nos communautés, car nous nous exprimons en leur nom, notre nom privilégie les établissements plutôt que les individus  », ajoute-t-elle. 

Un intitulé compréhensible à l’international 

Virginie Dupont est vice-présidente de France Universités - © Université Bretagne Sud
Virginie Dupont est vice-présidente de France Universités - © Université Bretagne Sud

«  France Universités  », répond à une construction à l’anglo-saxonne (à l’instar de «  Harvard University  ») avec des mots transparents dans plusieurs langues.

«  Nous voulions nous rapprocher de certaines références internationales, indique Virginie Dupont. Au Canada et dans d’autres pays européens, on trouve des dénominations de ce type et qui nous semblaient plus parlantes.  » 

Objectif atteint puisque l’impact à l’international peut déjà être mesuré, témoigne la vice-présidente de France Universités. «  Nous sommes mieux identifiés, notamment dans le cadre de nos actions pour la présidence française de l’Union européenne, nos homologues et les médias internationaux s’adressent bien plus facilement à nous !  », remarque celle qui est également présidente de l’Université Bretagne Sud. 

Un nouveau logo et une couleur dominante qui évolue 

France Universités s’est parée d’un nouveau logo, avec un amphithéâtre, et une nouvelle couleur  : le rouge.  «  Derrière cet amphithéâtre stylisé se trouve l’idée d’onde, de parole ou encore d’écho  », explique Virginie Dupont. 

Jérémie Fesson détaille  : «  La nouvelle identité de l’association devait disposer d’un objet graphique qui puisse vivre dans un type de format très contraignant, utilisable sur les réseaux sociaux, sur de la documentation… Comme on ne pouvait pas jouer sur un acronyme, il fallait disposer d’autre chose. L’idée de l’amphithéâtre s’est rapidement imposée. C’est un emblème simple et qui frappe l’attention. Tout comme cette nouvelle image, il fallait que ce soit évident.  » 

Les logos successifs de la France Universités depuis 1995 - © D.R.
Les logos successifs de la France Universités depuis 1995 - © D.R.

Quant au choix de la couleur, France Universités fait un virage à 180° et abandonne le bleu pour le rouge.

«  C’est une couleur énergisante, chaleureuse et institutionnelle  », complète Jérémie Fesson. 

Un changement de nom d’usage seulement

Dans les statuts de l’association, l’intitulé reste «  Conférence des présidents d’université  » bien que le nom d’usage « France Universités » ait été spécifié.

«  Nous sommes toujours inscrits dans le code de l’éducation en tant que CPU  », précise Virginie Dupont. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)