Vie des campus

Votre rattrapage des actualités de l'été 2022

Par Marine Dessaux | Le | Stratégies

Vous avez profité de l'été pour déconnecter ? Récupérez votre retard en amont de la rentrée avec le récapitulatif de Campus Matin. Au programme : les priorités de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, les conditions de la rentrée, la sortie du statut d'établissement public expérimental de PSL, l’avenir de Frédérique Vidal…

Les actualités de l’ESR à ne pas manquer cet été sont sur Campus Matin ! - ©  France Universités - Université de Bordeaux
Les actualités de l’ESR à ne pas manquer cet été sont sur Campus Matin ! - ©  France Universités - Université de Bordeaux

Les priorités de la nouvelle ministre, Sylvie Retailleau

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), Sylvie Retailleau, a été auditionnée par la commission des affaires culturelles et de l'éducation du Sénat, le 20 juillet 2022. Elle a alors tracé les grandes lignes de sa fiche de route, pour les mois à venir.

Financer la hausse du point d’indice

En tout premier lieu, les perspectives du budget 2023. La hausse du point d’indice des fonctionnaires aura un impact estimé de 530 millions d’euros sur le budget des établissements, dont 370 millions pour les universités. « Ce ne sont pas des petites sommes à trouver, surtout si on ajoute le GVT [Glissement vieillissement technicité] de 80 millions d’euros par an. C’est notre priorité de discussion actuelle », indique la ministre.

Selon le document « tiré à part » du projet de loi finances 2023 transmis par le Gouvernement au Parlement le 8 août 2022, 30,8 milliards d’euros de plafonds prévisionnels de dépenses seront attribués à la recherche et l’enseignement supérieur soit 1,5 milliard de plus que l’an dernier.

Coût de l'énergie

Sujet lié au budget : l’augmentation du prix de l'énergie inquiète l’ESR . Aujourd’hui, le ministère estime ce surcoût à environ 80 millions d’euros pour les universités et 40 millions d’euros pour les organismes nationaux de recherche.

Une somme importante que les établissements doivent s’efforcer de maintenir la plus basse possible, via une série de mesures listées dans une circulaire de la Première ministre Élisabeth Borne, en date du 25 juillet 2022.

Elle les enjoint notamment à :

  • limiter la climatisation aux locaux dont la température intérieure dépasse 26°C ; ne pas laisser les appareils électroniques en veille ;
  • éteindre systématiquement les lumières lorsqu’elles ne sont pas nécessaires ;
  • encourager l’utilisation de mobilités durables comme le co-voiturage, les vélos partagés et l’accès à des véhicules électriques.

Réactualisation de la loi de programmation de la recherche

Concernant la loi programmation de la recherche (LPR), Sylvie Retailleau suggère sa réactualisation et explique « voir si la projection à 2030 peut être avancée, en mettant en avant les mesures de reconnaissance de nos collègues, notamment les primes ».  La ministre a nommé Pierre Mutzenhardt, ancien président de l’Université de Lorraine et ancien président de la commission des moyens de France Universités, au cabinet « pour être en charge de la simplification de la LPR sur les questions RH ». L’ancienne présidente de Paris-Saclay promet des propositions concrètes avant Noël pour une application dès 2023.

Interrogée sur une loi de programmation de l’enseignement supérieur que plusieurs organisations, dont France Universités, appellent de leurs vœux, elle indique : « Faut-il une loi  ? Pas sûr. Faut-il une programmation pluriannuelle  ? Certainement. Est-ce que cette programmation on peut la rentrer dans nos contrats d’objectifs et de moyens, ou l’élargir avec la LPR ? C’est ce que nous allons étudier. »

Sylvie Retailleau lors de son audition par le Sénat, le 20 juillet 2022 - ©  Sénat
Sylvie Retailleau lors de son audition par le Sénat, le 20 juillet 2022 - ©  Sénat

« Une mise en œuvre progressive » des contrats d’objectifs et de moyens

La ministre indique vouloir renforcer l’autonomie des établissements, et pour cela mettre en place des contrats d’objectifs et de moyens afin de donner une visibilité pluriannuelle aux établissements, et qui intégreront une évaluation a posteriori, avec un suivi et un accompagnement annuel au niveau des dialogues stratégiques de gestion conduits par les rectorats.

Parcoursup et plateforme des masters

Sur Parcoursup, le MESR travaillera avec l'éducation nationale sur la transparence des algorithmes.

Du côté des masters, des concertations en cours sur la nouvelle plateforme. Quant aux étudiants sans master, Sylvie Retailleau déclare mener actuellement une concertation « que nous souhaitons faire aboutir à la rentrée sur le développement d’une plateforme présentant les offres de formation ».

Une rentrée marquée par la hausse des coûts… et des bourses

Une rentrée à plus de 2 500€, selon la Fage

Le coût moyen de la rentrée bondit en 2022 par rapport à 2021 : de 6,47 % selon l’Unef et de 7,38 % pour la Fage. Une estimation obtenue dans le cadre des baromètres annuels de ces syndicats étudiants sur le coût de la rentrée et de la vie étudiante, publiés respectivement les 15 et 16 août.

Le coût de la rentrée augmente de 6.47 % selon l’Unef et 7.38 % selon la Fage - ©  D.R.
Le coût de la rentrée augmente de 6.47 % selon l’Unef et 7.38 % selon la Fage - ©  D.R.

Selon la Fage, le coût moyen de la rentrée s'élève à 2 527 €, contre 2 392 € en 2021. Cette hausse s’explique principalement par l’inflation entrainant « une hausse considérable des frais de vie courante (+1,92 %) », mais surtout une « véritable flambée de frais de rentrée en 2022 » avec une hausse globale de 13,04 %.

De son côté, l’Unef constate une hausse de 428,22 € par an dans le budget moyen étudiant, soit 35,7 € par mois. Elle remarque en effet que les coûts de la quasi-totalité des postes de dépenses augmentent, sauf pour les transports dont le prix est stabilisé par les politiques publiques locales.

Le taux des bourses augmente de 4 %

Mesure annoncée par Matignon afin de soutenir le pouvoir d’achat des étudiants, le 7 juillet dernier, le taux des bourses d’enseignement supérieur augmente de 4 %, tous échelons confondus. Cette revalorisation sera financée par des crédits ouverts par le projet de loi de finances rectificatives 2022 puis le projet de loi de finances 2023. Elle fait suite à trois années d’une hausse annuelle comprise entre 1 et 1,2 %. Une revalorisation qui reste néanmoins inférieure au taux de l’inflation (estimée à 5.8 %).

Autres mesures à destination des étudiants

Dans son guide de la rentrée 2022, le MESR liste d’autres mesures à destination des étudiants :

  • le versement de l’aide exceptionnelle de rentrée de 100 € aux étudiants boursiers sur critères sociaux, bénéficiant d’une aide annuelle du Crous ou bénéficiaire de l’Aide personnalisée au logement (APL) ;
  • la prolongation du ticket de restaurant universitaire à 1 € pour les étudiants boursiers ou identifiés comme précaires par les Crous ;
  • le gel des droits d’inscription à l’université et des loyers dans les résidences Crous ;
  • l’extension du bénéfice du Pass’sport aux étudiants boursiers.

En bref

Sortie d’expérimentation en vue pour PSL

.« PSL est parvenu à un modèle de gouvernance abouti, avec une organisation en réseau qui fonctionne bien », selon le rapport. - ©  PSL
.« PSL est parvenu à un modèle de gouvernance abouti, avec une organisation en réseau qui fonctionne bien », selon le rapport. - ©  PSL

C’en est bientôt fini du statut expérimental pour l’Université PSL ! Le comité d’évaluation du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) « émet unanimement un avis favorable à la demande introduite par PSL de sortie du statut d’établissement public expérimental en vue de sa transformation en grand établissement », dans son rapport du 22 juillet 2022. Il salue la « vision stratégique claire de la nouvelle université » et son « gain de visibilité internationale » depuis sa création fin 2019.

Trois établissements sont évalués en 2022 en vue d’une sortie de l’expérimentation prévue par l’ordonnance de décembre 2018 permettant d’expérimenter de nouvelles formes de regroupements et ainsi de rapprocher grandes écoles et universités : PSL, CY Cergy Paris Université et Université Côte d’Azur. Début 2023, ce sera au tour de l’UGA.

Les gagnants des « matchs » Sigem 2022

C’est l’un des classements très (trop ?) regardés pour évaluer les écoles de commerce : en exploitant le tableau des recoupements par école du Sigem (Système d’intégration aux grandes écoles de management) et la procédure d’affectation des élèves de classes préparatoires dans les grandes écoles de management (concours de la Banque commune d'épreuves et Ecricome), on obtient les écoles favorisées par les élèves admis dans plusieurs établissements.

Ainsi, un match est considéré comme « gagné » par une école contre une autre, lorsque, parmi les étudiants admis dans les deux, une majorité choisit la première plutôt que la seconde.

Grande gagnante, HEC est la seule école à remporter tous ses matchs. Viennent ensuite l’Essec et ESCP. Cette année, Neoma gagne contre Grenoble école de management (GEM), EM Strasbourg est battue par Excelia, Rennes School of Business par TBS Paris

Si on considère le nombre de duels gagnés entre les écoles de management membres du Sigem, l’Edhec est l'école qui en remporte le plus, suivie de Skema, d’Audencia, de Neoma et Kedge. À l’inverse, South Champagne BS ne remporte aucun de ses 15 « matchs », tout comme Brest business school.

Contribution vie étudiante et de campus : près de 150 millions collectés en 2021-2022

149,975 millions d’euros ont été collectés au titre de la contribution de vie étudiante et de campus en 2021-2022, annonçait le Cnous le 20 juillet 2022. Ce qui représente une hausse de 5,2 % par rapport à l’an passé. Sur cette somme, 127,478 millions d’euros reviennent aux établissements d’enseignement supérieur (+5,2 %) et 27,496 millions d’euros aux Crous (+28,5 %). Son montant est de 95 € pour l’année universitaire 2022-2023 (+3,2 %), sauf pour les étudiants boursiers qui en sont exonérés.

Sur un potentiel encadrement de l’utilisation de la CVEC, Sylvie Retailleau déclare : « La CVEC est assez encadrée avec des commissions internes où les étudiants et établissements participent. Chaque établissement a des besoins différents, et il est important de leur faire confiance quant à l’utilisation de la CVEC, mais il faudra suivre ce qui en a été fait après avec de vrais bilans. »

La reconversion de Frédérique Vidal

L’ancienne ministre avait été approchée par Skema Business School - ©  Vilenath
L’ancienne ministre avait été approchée par Skema Business School - ©  Vilenath

À l’issue de son mandat de ministre de l’ESR, de 2017 à 2022, Frédérique Vidal a été approchée par Skema business school pour être recrutée en tant que directrice de la stratégie du développement. Comme à chaque fois qu’un ministre souhaite rejoindre le secteur privé suivant la fin de ses fonctions, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique a été saisie. Celle-ci a rendu un avis d’incompatibilité qui a entrainé l’abandon du projet.

En revanche, lors d’une deuxième délibération, l’institution valide son projet de devenir conseillère spéciale du président auprès de l’association Fondation européenne pour le développement du management (EFMD), mais émet néanmoins des réserves. Celle-ci délivre notamment le très convoité label Equis aux écoles de commerce.

« En principe, Frédérique Vidal devrait commencer courant septembre. Il s’agit d’un contrat à mi-temps qui se focalisera sur les questions européennes, centrales pour l’EFMD », déclare Éric Cornuel, président de l’EFMD à News Tank le 5 août dernier.

Le récap’ d’actu de Campus Matin

Ce résumé des informations phares dans l’actualité de l’enseignement supérieur et de la recherche a été réalisé à partir de la veille et des entretiens de l’agence de presse News Tank Éducation & Recherche, dont Campus Matin est le site ouvert. Pour suivre ces sujets en temps réel, demandez votre accès découverte.

Transférer cet article à un(e) ami(e)