Vie des campus

« La vie est belle, on n’a pas dit qu’elle était facile » : l’interview décalée de… Tiphanie Pons

Par Marine Dessaux | le | Relations extérieures

C’est l'été ! Et comme l’an dernier, Campus Matin en profite pour vous faire découvrir des personnalités sous une lumière différente. En cette mi-juillet, tête-à-tête avec Tiphanie Pons, chargée de mission innovation et politiques publiques au ministère de l’enseignement supérieur et la recherche.

Tiphanie Pons est en poste au ministère de l’ESR depuis 2016. - © D.R.
Tiphanie Pons est en poste au ministère de l’ESR depuis 2016. - © D.R.

Tiphanie Pons se livre sur ses coups de cœur - de l’enseignement supérieur ou non.

Ancienne responsable communication extérieure et partenariats à la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Dgesip), elle y est désormais chargée de mission innovation et politiques publiques.

Une personnalité qui vous inspire ?  

Tiphanie Pons : Françoise Moulin Civil, professeure émérite en littérature et ancienne conseillère sites et établissements du Mesri, qui a notamment été présidente de l'Université Cergy-Pontoise (aujourd’hui CY Cergy Paris Université) et rectrice de l’académie de Lyon ! C’est une personnalité extrêmement attachante, au parcours académique remarquable. Elle est dotée d’un sens aigu du service public et de l’intérêt général avec une touche de féminisme. Elle a une connaissance fine des institutions de l’enseignement supérieur et la recherche qu’elle sait partager et mettre au service des différentes missions qui lui sont confiées au sein du ministère. 

Françoise Moulin Civil a récemment piloté le rapport « Rentrée 2021 » sur la sortie de crise sanitaire. - ©  ac-lyon
Françoise Moulin Civil a récemment piloté le rapport « Rentrée 2021 » sur la sortie de crise sanitaire. - ©  ac-lyon

Je suis ravie de pouvoir travailler avec elle et bénéficier de sa vision pertinente et de son ouverture aux autres.

Ses qualités humaines sont indéniables et appréciées de tous. Au-delà de sa grande simplicité, alors qu’elle mène de front de multiples engagements, elle arrive à être très connectée sur tous les réseaux sociaux ! Je tiens également à souligner sa vivacité d’esprit, et son merveilleux sens de l’humour. De plus elle est toujours de bons conseils et bienveillante à mon égard.

Si vous étiez un établissement, vous seriez  ? 

L’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) que j’ai eu la chance de visiter en juin. C’est un des plus grands centres d’entrainement et de préparation olympique et paralympique du monde qui mixe une expertise technique et scientifique tout en accompagnant les athlètes dans leurs projets sportifs, personnels et professionnels.

Il propose des formations supérieures (initiales ou continues) sur site et/ou en partenariat avec des opérateurs de formation, adaptées aux besoins et contraintes des sportifs de haut niveau et parfois sur-mesure. Il ne leur manque qu’un campus connecté !

Si vous étiez une technologie ? 

L’informatique quantique comme ça je comprendrais enfin de quoi il retourne.

L’innovation digitale de l’année  ? 

Le métaverse : j’ai envie de voir ce que ça va donner aussi bien parce que c’est fascinant, intriguant et un peu flippant !

Un mot, une expression que vous ne voulez plus entendre ?

Ce n’est pas une expression, mais une réponse que l’on entend trop souvent « c’est infaisable ».

La phrase que vous vous répétez devant votre miroir  ? 

« La vie est belle, on n’a pas dit qu’elle était facile. »

Une lecture ou un visionnage à conseiller ? 

Paris-Briançon de Philippe Besson aux éditions Julliard - © Julliard
Paris-Briançon de Philippe Besson aux éditions Julliard - © Julliard

Séries : J’adore les séries d’espionnage (Homeland, Bureau des légendes, The Americans, …), je viens de terminer la saison 2 de la série israélienne Téhéran où, en bonus, Glenn Close a un rôle important ! Et je viens de commencer Gaslit qui montre les différents visages méconnus derrière le Watergate avec Julia Robert et Sean Penn en Martha et John Mitchell.

Livres : Je peux recommander en lecture estivale Numéro deux de David Foenkinos, même si je n’appartiens pas à la génération Harry Potter, et Paris-Briançon de Philippe Besson, je suis très vite entrée dans ce huis-clos d’autant plus que j’ai pas mal pris ce train de nuit !

J’ai également été marquée par la lecture de Grande couronne de Salomé Kiner, dont l’héroïne à mon âge et a grandi dans la même ville (Saint-Leu-la-Forêt dans le Val d’Oise).

Un podcast ?

J’écoute régulièrement « Les pieds sur Terre » de France Culture et je recommande le podcast « Les conquérantes » de Madmoizelle qui mettait en lumière des sportives dans leur quotidien.

Le parcours de Tiphanie Pons

Diplômée de l’Université Paris 13 (aujourd’hui Université Sorbonne Paris Nord), Tiphanie Pons a d’abord travaillé chez BNP Paribas, en tant que chef de projet accompagnement au changement, de novembre 2010 à novembre 2012, puis comme chargée de communication ressources humaines jusqu’en septembre 2013. Elle retrouve par la suite l’Université Paris 13, où elle exerce comme directrice de la communication pendant trois ans.

Depuis 2016, elle a rejoint le ministère de l’enseignement supérieur et la recherche, comme responsable communication extérieure et partenariats à la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle. Puis, à partir de septembre 2019, en tant que chargée de mission innovation et politiques publiques.

Transférer cet article à un(e) ami(e)